Les asbl, le financement pharma des hôpitaux

Quand les services d’hôpitaux se financent par des asbl : les cas ISICEM et CRA

Pharma_Labo.png
Margaux Dinam. CC BY-NC-ND.

Salle de Congrès au Square (Bruxelles), mardi 22 mars 2022.

Nous sommes au 41e Congrès d’Isicem, l’International Symposium on Intensive Care & Emergency Medicine.

À deux pas de la gare centrale, une vaste banderole arbore le logo de l’événement et un peu plus loin, MannekenPis a revêtu une tenue urgentiste pour l’occasion.

ISICEM_Manneken.jpg
None. CC BY-NC-ND

L’événement vaut bien cet effort vestimentaire. Selon son président Jean-Louis Vincent, il serait « le plus grand congrès au monde de soins intensifs et médecine d’urgence. Plus de 6 000 participants avant le COVID – à peu près le meeting annuel le plus important à Bruxelles. Nous en sommes fiers. »

Dans les salles de conférence, les interventions se succèdent toutes les 15 minutes. L’organisation est remarquable, les prises de paroles minutées, avec de brefs échanges après les interventions scientifiques où, le seul souci, du peu que l’on puisse en juger, est de nourrir la communauté scientifique. Dans le Gold Hall où un tiers des 1 200 sièges sont occupés, la deuxième dia d’une oratrice hollandaise prête à sourire. Elle y présente ses conflits d’intérêts, mentionnant ses actions dans le restaurant « Lars ». Et invitant la salle à découvrir ce temple chic de la gastronomie lors d’une prochaine visite à Amsterdam.

Côté conflits d’intérêts, il y a encore un peu à dire. Les entreprises pharmaceutiques sont les actrices incontournables du Congrès. À l’« exhibition area » au sous-sol, les exposants privés proposent leurs dernières innovations. Octopharma, NestléHealthcare, Baxter, Nutricia, Abiomed ou encore Masimo sont de la partie. Il est difficile, …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2900 membres et 1739 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus