Drogue : pollution du sol au plafond

Episode 2/3

3.1.png
Vica Pacheco. CC BY-NC-SA.

1500 tonnes de déchets issus des labos clandestins de drogue seraient produits chaque année en Belgique. Des substances hautement corrosives et acides, qui polluent l’eau, les sols, et parfois les habitations. Ce dimanche de juin, on a rendez-vous à Gingelom pour voir ça…

Alors que je me présente au seuil d’une maison en ruine, l’agent de police me rappelle que nous sommes dimanche.

« Vous avez fait la route depuis Bruxelles juste pour voir le labo ? »

Le réseau cyclable m’a menée à la petite ville de Gingelom, où la police a saisi un laboratoire d’amphétamines la veille, le 12 juin. Les camions de la protection civile, devant l’abri de jardin, chargent des contenants remplis de produits chimiques. Le nettoyage des déchets de drogue et le démantèlement des laboratoires coûtent cher, mais que savons-nous des coûts environnementaux et sanitaires découlant de ces déchets ?

Payer le prix

« Au début, personne n’avait conscience de leur dangerosité », selon un pompier du nord du Limbourg, qui dénombre plusieurs cas de collègues blessés. Désormais, les gants et masques de protection sont obligatoires. Les déchets de drogue sont un mélange de substances hautement corrosives et acides qui comportent des risques pour l’humain en cas de contact avec la peau et d’inhalation.

Les premiers secours sont les principales victimes potentielles, car ils sont les premiers à devoir manipuler les déchets dangereux.

Il est arrivé que des conteneurs abandonnés dans les bois explosent, parce que les produits chimiques qui s’y trouvaient étaient toujours réactifs. Et la population peut aussi parfois en payer le prix : en 2015, à Zutendaal, deux enfants en vacances passent à vélo dans une mare remplie de ce qu’ils prennent pour de l’eau, mais qui est en réalité un déversement de déchets de drogue. Leur balade à vélo se solde …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2725 membres et 1691 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus