Narco-déchets : politique dans la brume

Episode 3/3

scene2.1.jpg
Vica Pacheco. CC BY-NC-SA.

Des labos illégaux de drogue s’étendent à la Wallonie. Mais les autorités locales gèrent leur "dépollution" comme le faisait la Flandre… il y a 10 ans. A-t-on un plan national en vue ?

À sept kilomètres au sud de Gingelom, les habitants de Wallonie ont peut-être appris la nouvelle : des déchets d’un labo produisant de la drogue ont été découverts (si vous ne voyez pas de quoi on parle, allez lire nos deux premiers épisodes). En Flandre, on parle de drugsafval. Côté francophone, il n’y a pas vraiment d’équivalent (on tenterait bien "narco-déchets" ?). Mais le fait qu’on ne puisse pas nommer le phénomène ne signifie pas qu’il n’existe pas. Au contraire, l’absence de prise de conscience du côté wallon laisse le champ ouvert à la dispersion de déchets de drogue.

À Chimay, Huy, Charleroi…

En juin 2021, les craintes de Natalie Meert, experte en criminalistique des drogues, se sont réalisées : un nouveau laboratoire de méthamphétamine a été découvert, cette fois à Herstal, en Wallonie.

Étienne Dans, responsable de l’Unité de police chargée des démantèlements confirme : « Nous assistons à une extension géographique du phénomène. » Depuis 2018, des laboratoires de drogue ont été saisis à Chimay, Orp-Jauche, Soumagne, Huy et Charleroi.

Mais la police et les pompiers wallons traitent les cas de drugsafval comme on le faisait il y a dix ans en Flandre : « Parfois, ils nettoient sans savoir qu’il s’agit de déchets de la drogue ni connaître leurs dangers », dit Carine Buckens, du Parquet du Limbourg.

Puisqu’ils ne peuvent être reconnus comme drugsafval, les déchets de drogue entrent dans la catégorie « déchets inconnus ». Seuls …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2725 membres et 1691 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus