Les activités extra-scolaires des enfants ruinent-elles nos vies ?

flute-poney-lecerf

Votre enfant, il est plutôt poney, hockey ou djembé ? Racontez-nous ce que vous mettez en temps, argent et stress pour ses activités extra-scolaires et stages. Avec vous, on tentera de comprendre pourquoi on charge tellement son CV et comment ça creuse les inégalités.

L’école n’apprend plus à nager (la piscine communale a fermé). Le niveau en langues est catastrophique (où sont les profs de néerlandais ?). Les enfants ne font pas assez de sport. Ils ne prennent plus "l’air" (il reste des arbres dans vos cours de récré ?). Et puis bon… avec toutes ces vacances, il faut bien les caser.

Alors, on fonce sur les stages et les activités. Et certain·es y mettent tout leur cœur, leur temps et leur argent ! Mais tout le monde ne peut entrer dans cette course… Et c’est peut-être là, au bord des terrains de hockey et des clubs de baby-poney, que se jouent réellement les inégalités.

Les activités extrascolaires, ce n’est pas qu’un choix individuel. C’est un sujet politique. Pour le sociologue Hugues Dreaelants, la course aux stages et ateliers n’a jamais été si forte. Selon lui, les classes moyennes et supérieures ont «  pédagogisé les loisirs  ».

Comprenez : elles considèrent que les enfants peuvent apprendre par plaisir, et que loisirs peuvent dès lors être mis à profit pour se développer, s’enrichir… et au final se distinguer socialement et professionnellement. «  Ces pratiques, pas toujours conscientisées, participent de rapports au monde, qui reproduisent une distinction.  »

Le questionnaire

Je suis parent (et sans doute sous pression), c’est par ici !

Je suis grand-parent (et, clairement, c’est plus comme avant), c’est par là !

Je suis enfant (et j’ai 5 minutes pour vous aider, entre djembé et karaté), je clique ici !

Cet article-questionnaire est le point de départ d’une grande enquête participative sur les activités extrascolaires. Suivez l’évolution de l’enquête en vous abonnant à notre newsletter dédiée  !

flute!!!
Tags
  1. Ce questionnaire nous permet de recueillir des données auprès de familles qui « consomment » des activités extra-scolaires (coûts, trajets, stress engendré) et de vous entendre sur la manière dont le système fonctionne actuellement.

    Notre objectif avec cette enquête, qui nous mobilisera de mars à décembre 2024 ? Ni de vous culpabiliser, ni de vous inciter à désinscrire vos enfants de leur stage « cabanes dans les arbres, arts-plastiques et émotions ». Mais de comprendre ce qui se joue dans cette course « flûte/poney ». En fait-on trop ? Pas assez ? Qu’est-ce qui marche bien ? Comment peut-on faire autrement ?

Dernière mise à jour

Vous avez une question sur cet article ? Une idée pour aller plus loin ?

ou écrivez à pilotes@medor.coop

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3481 abonnés et 1883 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus