Cet oseille c’est le mien, celui que je gagne au prix de ma sueur

Episode 2/3

zack_02.jpg
Agathe Decleire et Salomé Lauwerijs. CC BY-NC-ND.

Comme Icare, Zach a brûlé ses ailes à la lueur des néons pour sortir d’une vie précaire. Portrait d’un étudiant qui, attiré par l’inconnu et l’argent, écume les hôtels de nuit tel un guerrier prêt au combat.

Zack arpente les rues de Bruxelles. Il a reçu l’appel d’un client. Il marche seul dans ces petites ruelles sombres et sinueuses. Il s’y sent chez lui. La rue, il la connait bien, dans ses codes et sa violence. Les bagarres, l’argent illicite, les embrouilles avec la police font partie de son quotidien. La « low-life », comme il l’appelle. Il ne s’en plaint pas, ça l’a forgé. Zack tourne à gauche. Ce moment, c’est l’un de ceux qu’il préfère. Il a l’impression que la ville lui appartient, qu’à chaque coin de rue il pourrait découvrir un trésor caché. Parfois il se demande même s’il ne fait pas ce job pour l’aventure et les découvertes plutôt que pour l’argent. Zack est presque arrivé. Il glisse la main dans sa poche et vérifie que la petite boule de cocaïne y est toujours bien présente. Devant l’entrée de l’hôtel, un homme d’une quarantaine d’années l’attend.

« Zack ? »

Endorphines

C’est un client qu’il ne connaît pas, mais il n’a pas peur. Il n’a jamais eu peur lors de ses cinq ans de pratique. Ses années de sport de combat, à suer et se dépasser, lui ont apporté cette confiance. C’est le sport également qui lui a donné la force de se lancer dans la prostitution. Il se dit souvent que sans cela, il n’en aurait jamais eu la détermination. La boxe lui permet de canaliser son énergie, de frapper sur ce qu’il ne peut au final pas réellement atteindre, de vider …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2739 membres et 1709 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus