3min

Boucle-la

Episode 3/3

donnez-moi-tort-ep3.jpg

20 Avril 2011. Suite au reportage sur les travaux du professeur Michel diffusé au journal télévisé, le Centre d’étude de l’énergie nucléaire (CEN) réagit et donne sa version des faits : l’accident de Tchernobyl n’a eu aucune incidence chez nous. Un point c’est tout.

En réponse au reportage de la RTBF de la veille (voir épisode 2), le radio-biologiste du CEN interrogé, Louis de Saint-Georges, ne laisse paraître aucun doute : Tchernobyl n’a pas provoqué de cancer en Belgique.

Il argumente : «  Moi je ne me base que sur des chiffres, des relevés que nous avons faits, et les données que nous avons relevées ne permettent pas d’expliquer une augmentation du cancer de la thyroïde chez nous en Belgique. »

Mais de quels chiffres parle-t-il, au juste ? Le Dr Michel n’a jamais pu voir ces fameuses données. Il se montre impassible : « quand on n’a pas de données, c’est très facile de dire qu’il ne s’est probablement rien passé. C’est totalement contraire à la démarche scientifique ».

Au cours du reportage, le spécialiste interrogé du CEN se contredit. Il précise qu’on peut en effet absorber plus de particules d’iode radioactives, si certaines conditions sont remplies : se trouver à l’extérieur et pratiquer une activité physique…

Et qui joue dans les bacs à sable ?

Retour en arrière. 1er mai 1986, jour de l’arrivée du nuage radioactif en Belgique, par le sud. Il fait beau, les températures montent jusqu’à 17°C. Les enfants jouent probablement dehors, dans les cours de récréation, dans les jardins,…

Le pire endroit pour ces enfants était sans doute …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3272 membres et 1692 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus