La phase 1 de La Strada terminée en 2023… ou pas

Grandeur&Decadence.JPG
Laurent Poma. CC BY-NC-ND.

Lors d’un débat public organisé par Médor, le promoteur immobilier Peter Wilhelm a réagi aux informations publiées sur notre site et indiquant qu’Imagix La Louvière, un projet de cinéma concurrent à son projet La Strada, serait déjà préfinancé par un Invest régional à hauteur de 2,5 millions d’euros. « Si la Ville s’engage avec Imagix, c’est contraire à la loi et à tout ce qui a déjà été signé au préalable ».

Médor a achevé son enquête-immersion sur le commerce à La Louvière et le blocage du projet de quartier « La Strada », dessiné par le promoteur immobilier Wilhelm & Co. Ce dernier avait été choisi par la Ville, en 2008, suite à un appel d’offres. Le projet traine, aucune perspective claire ne se dégage en ce qui concerne La Strada (des travaux sont en cours sur le site de la friche Boch, mais il ne s’agit que de logements), alors qu’un autre projet – de cinéma, uniquement – semble s’accélérer à toute vitesse à 300 mètres de la Strada. Qui mise elle aussi sur un complexe cinématographique pour attirer le chaland…

Sur notre site vous pouvez découvrir qu’un investissement de 2,5 millions est promis par l’Invest Mons Borinage Centre à la société anonyme Imagix La Louvière. C’est sept fois plus que l’investissement moyen de cet Invest dans les 92 entreprises soutenues en 2018 (pour un montant total de 32 millions). Ni le chef de cabinet du bourgmestre louviérois Jacques Gobert, administrateur auprès de l’Invest Mons Borinage Centre, ni la direction de l’Invest n’ont voulu confirmer ou infirmer cette information. Médor n’a pas pu contacter la société Imagix La Louvière : elle n’a pas d’existence juridique, à cette date. Elle a tenté de joindre le patron du groupe Imagix, en vain.

Lors d’un débat organisé avec ses lecteurs, les habitants de La Louvière et forcément de nombreux commerçants, Médor, à l’issue du premier de ses Médor Tours dans quatre villes de Wallonie, a confronté le promoteur immobilier Peter Wilhelm à cette information. « Tout le monde sait que nous avons un projet de cinéma sur La Strada, a rappelé le CEO de Wilhelm & Co. Un projet concurrent, à 300 mètres du nôtre, nous serait gravement préjudiciable. Si la Ville s’engage avec Imagix, c’est contraire à la loi et à tout ce qui a déjà été signé au préalable. » Craint-il que la Ville soutienne désormais ce projet plutôt que le sien ?

Réponse du promoteur : « Je n’ai pas attendu ce possible investissement pour me faire un avis. Je me pose des questions sur le soutien réel de La Ville sur le projet de La Strada. » Interrogé sur son intention d’intenter un procès à la ville si ce cinéma Imagix La Louvière ouvrait dans les deux ans, avant La Strada, donc, Peter Wilhelm a déclaré : « Je ne veux pas faire de procès d’intention. Je n’envisage pas cette hypothèse. Je n’imagine pas un instant que La Ville signe un contrat avec Imagix. Cet invest n’a pas du recevoir une information complète. »

LaLouviere_Debat_Strada.jpg
Vendredi 11 octobre, débat avec Peter Wilhelm, sans Jacques Gobert.
Esteban Debrulle. CC BY-NC-ND

Peter Wilhelm a assuré n’avoir jamais eu un projet aussi compliqué. « Jamais je n’aurais imaginé dépenser 16 millions d’euros avant de déposer la première brique. » L’administrateur-délégué de Wilhelm & Co assure que, si cela ne tient qu’à lui, « la phase 1 de La Strada sera terminée en 2023 ».

Lors de ce débat public organisé par Médor à Central, de nombreuses questions ont été posées par la soixantaine de personnes présentes. Elles ont évoqué la menace que représentait La Strada pour les commerces de l’hyper-centre. Les interventions du public s’interrogeaient et attaquaient : comment un centre commercial pourrait-il ne pas nuire à une centre ville ? Les portefeuilles des clients ne sont pas extensibles et les emplois créés seront des emplois déplacés. La salle se montrait globalement hostile au projet.

Une locomotive alimentaire

« Moi je dis aux commerçants, rassurez-vous, parlons-nous. J’ai eu trop peu d’occasions de vous parler. Mon job, c’est d’amener des gens. Ensuite c’est à vous de vendre. Il est faux de penser qu’une grande enseigne tue les petits commerçants. Au contraire. Si en 2014, on avait eu ce maudit permis, on aurait été les rois du pétrole. Toutes les grandes enseignes voulaient signer ici. »

Peter Wilhelm a annoncé avoir un accord commercial avec une « locomotive » alimentaire toujours prête à investir dans la Strada ainsi qu’avec un des trois grands distributeurs. Il a refusé de citer les noms de ces enseignes. Delhaize ne figure pas dans sa short list de la grande distribution.

Médor a aussi demandé si, en cas de blocage persistant, un accord financier avec la Ville était envisageable, plutôt qu’un procès paralysant et coûteux. Peter Wilhelm a rappelé que la Ville avait changé d’avocats et que l’arrivée du bureau Uyttendaele Gérard Kennes et Associés avait, et pouvait encore, favoriser les discussions. « Un arrangement financier, a indiqué Peter Wilhelm, n’est pas à l’ordre du jour pour le moment et je ne pense pas que la Ville le veuille non plus. »

Un débat vif, correct avec un absent

Le conseiller communal Xavier Papier, chef du groupe Plus & cdH, était présent dans l’assemblée. « Je regrette l’absence du PS, a-t-il dit. On fait des reproches légitimes à La Ville qui n’est pas là pour s’expliquer. » Médor avait invité le bourgmestre PS Jacques Gobert à ce débat, celui-ci a cependant répondu qu’il ne voulait pas débattre en public de ce projet, laissant un boulevard à son partenaire privé. Aucun membre de la majorité PS-Ecolo ne représentait la Ville.

Dans un débat de bonne tenue et sans incident, Peter Wilhelm a dit connaître l’opposition à la Strada du PTB, incarné par les conseillers communaux Livia Lumia et Antoine Hermant, présents au débat. et comprendre que des commerçants puissent être effrayés par le projet, à propos duquel « la communication n’a pas été bonne ». Peter Wilhelm n’a pu pronostiquer le volume d’emplois que pourrait générer La Strada, si elle voit le jour. « A Liège, la Médiacité a créé près de 900 emplois. A Louvain-La-Neuve, plus encore. Pour La Louvière, je ne peux donner de chiffre précis à ce stade, vu les difficultés rencontrées. Mais on devrait être autour de 500 emplois. »

Tags

Dernière mise à jour

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3576 abonnés et 1918 coopérateurs

Vous avez une question sur cet article ? Une idée pour aller plus loin ?

ou écrivez à pilotes@medor.coop

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus