Cher bourgmestre - épisode 4

L’âme des Louviérois

DSCF3155.JPG

L’entreprise de l’année : dirigée par un Louviérois

Jacques Gobert et Salvatore Curaba sont sans doute les deux personnalités les plus influentes de La Louvière, 5ème ville de Wallonie. Mais ils ne se parlent pas en public. Trop touchy. L’un fait de la politique ; il est bourgmestre. L’autre, du business, Salvatore Curaba.

Salvatore Curaba est à la tête d’Easi, qui a été désignée lundi l’entreprise de l’année. Il a été footballeur à la RAAL, dont il a repris la présidence. On a beaucoup opposé les deux hommes. Les médias locaux ont renforcé le cliché selon lequel le bourgmestre préférait subsidier le club de foot concurrent, l’URLC, jouant lui aussi au stade du Tivoli. C’est à moitié vrai. Jacques Gobert est réputé proche de l’entrepreneur turc Husseyin Kazanci, président de l’Union Royale La Louvière Centre (URLC). En réalité, les deux formations reçoivent l’aide de la ville. Au même niveau ? Médor a de l’ambition. Mais sur ceci, nous passons notre tour. Trop compliqué… Donnez votre avis ici, on analysera.

Sans témoin indiscret, les deux hommes se sont rencontrés il y a quelques semaines. « Le fossé s’était creusé entre nous. Comment y remédier. » Voilà pour le thème de ce rendez-vous viril mais correct. Les deux ont listé leurs reproches respectifs, ils en ont débattu et des deux côtés, la volonté semble aujourd’hui à l’apaisement. Il n’est jamais trop tard pour arrondir le rond central. Et rationaliser l’argent dépensé par la ville pour permettre aux jeunes Louviéroises et Louviérois de taper dans la balle.

Mardi soir, nous avons rencontré le bourgmestre indéboulonnable. Mercredi matin, nous avons vu le manager à succès. Voici leur interview croisée, à distance. Il y est question de l’âme des …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2963 membres et 1710 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus