24min

La maculée conception

Ces bébés belges issus du business des ovules espagnols

receveuse-mi.jpg
Dina Kathelyn. Tous droits réservés.

La Belgique ne trouve pas assez de donneuses d’ovules pour répondre à la demande croissante des femmes infertiles. Heureusement, il y a l’Espagne et sa « solidarité féminine ». Sur fond de crise économique, de jeunes Espagnoles se soumettent à des stimulations hormonales pour « donner » leurs ovules à des cliniques privées. Compensation pour ce geste jamais anodin : 1 000 euros. Derrière un masque d’œuvre de bienfaisance, la procréation sans frontières cache des intérêts économiques faramineux.

Article primé en 2017 au Prix de la Presse Belfius dans la catégorie Presse écrite.

Leah enfonce l’aiguille dans son ventre. Elle retient son souffle. Le liquide se répand comme un venin. Il contient de la gonadotrophine, une hormone qui déclenche l’ovulation. Des larmes coulent de ses yeux. La douleur, la fatigue, la colère aussi… Cela fait plus d’un an qu’elle essaie d’avoir un enfant. Elle a 37 ans. Les piqûres quotidiennes dessinent sur sa peau un ciel d’orage rougeoyant. Mais ses ovaires restent impassibles. Malgré la stimulation hormonale, ils ne produisent pas assez d’ovules de bonne qualité pour créer un embryon. Leah souffre d’une insuffisance ovarienne. Pour le dire vite fait, une « ménopause précoce ». Si elle avait rencontré son compagnon plus tôt, elle n’aurait peut-être pas eu de problème de fertilité…

La dernière solution pour tomber enceinte est la fécondation in vitro (FIV) avec le sperme de son conjoint et les ovocytes d’une donneuse. Plus celle-ci est jeune, plus les chances de grossesse sont grandes car, en matière de fertilité, c’est l’âge des ovules, et non celui de l’utérus, qui compte. Cela explique pourquoi, en Espagne ou aux États-Unis, des femmes ont pu tomber enceintes à plus de 60 ans.

La Belgique est un pays « pionnier en matière de procréation médicalement assistée », qu’entre amis, on appelle « PMA ». Le premier bébé belge issu d’une FIV naissait en 1983, cinq ans seulement après la petite Anglaise Louise Brown (premier bébé-éprouvette au monde). Aujourd’hui, plus de 3 % des bébés nés dans notre pays ont été conçus avec l’aide de …

Merci pour votre curiosité

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c'est un cadeau. Nous voulons que Médor touche le plus large public possible. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2745 membres et 1394 coopérateurs

Médor est un média indépendant. Notre site ne contient pas de pub. Toutefois, il utilise quelques cookies pour faciliter son utilisation. Lisez notre politique de cookies pour en savoir plus.
En savoir plus