4min

Charleroi : pays noir du vélo

velo-charleroi
Axel Korban. CC BY-SA.

La plus grande ville de Wallonie recense le plus petit nombre de cyclistes. Qu’est-ce qui coince dans le dérailleur ? Pour le comprendre, nous nous sommes livrés à un petit exercice de cyclo-journalisme.

8 heures. Posté devant le parc Élisabeth, on attend notre premier cycliste. Un crachin fin humidifie l’air chaud. Quarante-cinq minutes plus tard, pas un coup de pédale sous nos yeux.

On traverse le centre-ville pour changer de poste d’observation, en passant devant le shopping Rive Gauche. Financée à hauteur de 58 millions d’euros dans le cadre du programme européen Feder 2007-2013, la rénovation urbaine de la ville basse a permis de dégager des piétonniers et des zones où la circulation est limitée à 20 km/h. Des arceaux flambant neufs attendent leurs destriers d’acier.

La Ville s’est engagée à construire 800 places de parking à vélos pour 2018. Elle en est à 129. Ce matin, elles sont vides. Une éclaircie pointe. On se réjouit de croiser nos premiers cyclistes. Bilan des comptes à 10 heures : trois cyclistes et un gamin qui fait du BMX sur le trottoir. Se livrant au même exercice une journée ensoleillée pendant la Semaine de la mobilité, la commune a obtenu des statistiques à peine plus optimistes : 53 cyclistes dénombrés entre 7 h et 9 h dans six points clés, soit une moyenne de 4,4 cyclistes par heure et par carrefour. L’asbl Pro Velo enregistrait 49,6 cyclistes/heure lors de comptages réalisés à Bruxelles en… 1998 !

Tous les trois ans, le SPF Mobilité mène une enquête auprès des employeurs occupant plus de 100 personnes. Le rapport le plus récent porte sur 2014. La cité carolo y caracole en queue de peloton : « Du côté …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3415 membres et 1686 coopérateurs

Médor est un média indépendant. Notre site ne contient pas de pub. Toutefois, il utilise quelques cookies pour faciliter son utilisation. Lisez notre politique de cookies pour en savoir plus.
En savoir plus