Le jour où j’ai buggé à la pharmacie

Le consentement. Episode 1.

Pharmacie Consentement
Sarah Fabre. CC BY-NC-ND.

Oh, ce mec ! Ce mardi-là, je n’étais pas seule à la pharmacie. Il y avait cet homme charmant, d’abord. Puis une pharmacienne attentive et un ordinateur très, très curieux. J’ai découvert que j’étais consentante malgré moi à la circulation de certaines données de santé, pourtant ultra sensibles, me concernant. Je suis loin d’être la seule : 9,5 millions de Belges sont « consentant·es ». Un DPP, dossier pharmaceutique partagé, ouvert dans mon dos ? Par qui, et surtout : pourquoi ?

Cette investigation par épisodes est l’un des volets de notre grande enquête participative sur l’hypersurveillance à la belge.

hypersurveillance_santé.jpg

Oups, je n’ai pas fait attention à l’inscription sur la porte. Est-ce une ou deux personnes admises à l’intérieur de la pharmacie en simultané ? Si on ne me dit rien, je reste. Pas le courage d’attendre dans le froid - il fait froid, le matin, ce 4 mai, à l’ombre, à Bruxelles. Le vent matinal me fait toujours pleurer. Pas envie de risquer la fonte du maquillage.

La pharmacienne - Zakia - ne me dit rien, tant mieux, elle m’a aperçue, mais ne me regarde déjà plus. C’est qui ce mec au comptoir ? Déjà rencontré quelque part, j’en suis certaine. Mais s’il pouvait se dépêcher… J’avais prévu un passage éclair à ma pharmacie, prendre ce médoc et hop, finito. Surtout ne pas attendre des heures.

J’ai ma carte d’identité, OK. Prescription électronique, OK. Une capture d’écran, vite fait, au cas où la 4G déconne quand ce sera à mon tour. Je préférais l’époque des prescriptions papier, c’était plus concret, plus tangible, mais c’est fini depuis janvier 2020, sauf exceptions. Adieu le papier, paraît-il.

J’ai chaud, mon pull me gratte. Mauvais choix de fringues, la journée va être longue. Cette veste brune, cette posture… Où ai-je déjà aperçu ce gars ? Euh, j’entends toute votre conversation en fait, pour info. Vous parlez super fort.

« Je n’ai pas de prescription, dit-il à la pharmacienne. Mon pneumologue ne répond pas …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3133 membres et 1691 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus