13min

Sommes-nous prêtes à éteindre la lumière ?

Pollution lumineuse

Medor33-7

L’éclairage nocturne, en Belgique, génère une pollution lumineuse exceptionnelle. Astronomes et naturalistes réclament d’urgence un retour de l’obscurité. Mais la nuit fait peur. Et des craintes s’expriment pour la sécurité, notamment des femmes. Cette tension pourrait être l’occasion de repenser l’ambiance nocturne de nos espaces publics. Pour un meilleur équilibre entre le clair et l’obscur, le confort et la santé, le droit de sortir et de déconnecter.

Chapitre 1 - Coucou, Martiens !

2017, l’astronome Thomas Pesquet termine son séjour dans la Station spatiale internationale. De là, il a une vue de dingue sur la Terre. Il tweete : « Survol de nuit : un tapis scintillant qui défile sans interruption. La Belgique et ses autoroutes illuminées sont faciles à identifier. » Vu de l’espace, notre pays se distingue nettement. Dans les années 1960-70, la Belgique avait en effet voulu se la jouer américaine. Elle misa tout sur la voiture et entreprit de se construire un réseau routier moderne, dense et entièrement éclairé.

Désormais, vu d’en haut, notre « tapis scintillant » fait tache. Et notre fierté intersidérale s’est transformée en risée. L’éclairage engendre deux problèmes colossaux : la consommation d’énergie, qui accélère le réchauffement climatique et plombe les budgets des collectivités, et la « pollution lumineuse ». Cette expression désigne à la fois la présence nocturne anormale ou gênante de la lumière (sur-illumination, éblouissements, luminescence du ciel, halos) et les effets néfastes de cet éclairage artificiel.

Les premiers à avoir alerté sur cette problématique sont les astronomes. Gilles Robert, directeur de l’Observatoire Centre Ardenne, et Francis Venter, président de l’Association pour la sauvegarde du ciel et de l’environnement nocturne (ASCEN), militent depuis plus de 15 ans pour que des mesures politiques soient prises en Belgique contre la pollution lumineuse. Par exemple, une interdiction d’éclairer vers le haut ou l’obligation de supprimer les éclairages non nécessaires. En 2019, ils sont enfin parvenus à faire signer par la Province de Luxembourg une charte pour la protection du ciel …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : abonnez-vous à Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3486 abonnés et 1883 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus