7min

Courtrai, reconnaissance faciale dans le viseur ?

S’équiper pour surveiller. Episode 4

Courtrai s’équipe en caméras en tout genre. Résultat ? Difficile à dire. Leçon numéro 2 tirée du plan caméra publié en mars 2021 : prouver l’impact des caméras sur la criminalité, c’est pas de la petite bière. En attendant l’efficacité, la technologie avance. Aujourd’hui, un simple bouton « on » permettrait la reconnaissance faciale en Belgique. Il ne manque plus qu’une loi. Qui arrive.

Cette investigation par épisodes est l’un des volets de notre grande enquête participative sur l’hypersurveillance à la belge. Après 7 publications sur la BNG, la base de données générale de la police, voici un focus sur les équipements de surveillance qui viennent en soutien aux agents. Après Namur, voici Courtrai.

homepage.jpg

A Courtrai, la majorité communale adore les caméras de surveillance. Alors qu’elle allait être épinglée par un documentaire de la VRT pour un manque de stratégie et de vision dans l’utilisation de ses 186 caméras, la ville a publié, en mars 2021, son « plan caméra ».

La foire aux questions destinée, sur le site de la ville de Courtrai, vise à rassurer le citoyen. Les dépenses (250 000€) par an consacrées aux caméras sont bien maigres par rapport au budget total de la ville (200 millions d’euros). L’usage des drones est proportionnel et ils ne servent pas à patrouiller dans les airs. Et les caméras, elles offrent des résultats ?

« Certainement », selon la FAQ de la page dédiée au « Cameraplan ».

Tout devient, à cet instant, magique. À Courtrai, selon la ville, les inspecteurs font appel aux caméras dans 30 % de leurs dossiers en moyenne et « parfois ces images sont la pièce essentielle du puzzle, parfois elles renforcent la charge de preuves dans le dossier ».

HS_Police_2.jpg
Sarah Fabre. CC BY-NC-ND

Évaluation difficile

Pour défendre leur choix d’investir 250 000€ par an dans la vidéosurveillance, Courtrai et la zone de police VLAS, dont la ville fait partie, liste les vertus de cet …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3026 membres et 1739 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus