Caméras ANPR : tout bonus pour Proximus (1/2)

S’équiper pour surveiller. Épisode 5

Les services de police belges utilisent des milliers de caméras ANPR, à reconnaissance automatique de plaques. Suite aux attentats de 2015-2016, un « bouclier » caméra a ainsi été mis en place sur les autoroutes, dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. C’est Proximus qui installe ces caméras, plutôt bien financées. Problème : le Comité P vient de constater publiquement les failles de ce bouclier.

Chapitre 1 : fonctionnement et adoption.

Cet article s’insère dans l’un des volets de notre grande enquête participative sur l’hypersurveillance à la belge.

homepage.jpg

36,5 millions d’euros. C’est ce que l’État belge a déboursé depuis 2018 pour créer un « bouclier national de caméras ». Et le grand maître d’œuvre de ce bouclier, c’est tout simplement une des plus importantes entreprises publiques (autonome, précisons-le) de ce pays : Proximus.

Le bouclier est constitué de centaines de caméras intelligentes ANPR (à reconnaissance automatique de plaques minéralogiques) disposées le long des autoroutes belges. Elles constituent une partie des 4000 caméras ANPR actuellement utilisées (ou utilisables) par la police sur le territoire belge, selon l’Organe de contrôle de l’information policière (COC), cité par Sudinfo. Si vous n’aviez jamais entendu parler de cet incroyable projet de « bouclier », vous avez peut-être lu que son efficacité a été lourdement attaquée, début du mois de février par un rapport du Comité P, en charge du contrôle du fonctionnement des services de police.

Hypersurveillance_ANPR_Sarah.jpg
Sarah Fabre. CC BY-NC-ND

Hit the road

Sur Google, quand on tape Proximus et ANPR, le cinquième résultat, venu du site de la société publique, nous promet « des caméras ANPR partout ». Ok, mais pour quoi faire en fait ? Commençons par le commencement : comment marchent ces caméras et comment sont-elles arrivées en Belgique ?

Les caméras ANPR ne font pas que du traitement de l’image, c’est-à-dire enregistrer et stocker. Placées sur un pont d’autoroute, fixées près d’un feu rouge, ou dans une voiture de police banalisée ou non, elles vont …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2779 membres et 1715 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus