3min

190 000 délits Covid dans la BNG

BNG, la base non-gérée 7/5

La Banque nationale générale est une énorme base de données policières qui rassemble l’ensemble des délits et infractions commises en Belgique. Elle dysfonctionne grave : opacité totale, données incorrectes, archivage aux abonnés absents. Et avec la Covid, la BNG risque l’indigestion…

Ce nouvel épisode BNG fait écho à nos premières publications sur l’hypersurveillance policière à découvrir ici (avec votre accès membre ou une période d’essai gratuite d’un mois)

police_1.jpg

Médor avait laissé son lectorat fin juin avec le PLF sous le bras (pour les plus chanceux et chanceuses qui prenaient des vacances). Qui allait se retrouver ingurgité par la base de données policières la plus mégalodon de l’Histoire de l’Humanité belge ?

cover-bng-covid-infractions.jpeg
Sarah Fabre. CC BY-NC-ND

On a cherché. Mais où ? Dans les statistiques policières de 2020, sous quel intitulé sont encodées les infractions Covid ? Sous la nomenclature « santé publique ».

Et sur base des statistiques policières, 190 918 infractions ont été enregistrées en 2020 en « Santé publique ». En, 2019, ce chiffre était de 834. L’explosion de 190 084 faits est due à des infractions liées aux mesures prises contre la propagation du virus. Notons que ces délits Covid se retrouvent surtout dans la catégorie « Refus ou négligence respect mesures ».

Ces chiffres sont du même ordre de grandeur que les données communiquées fin mars par le Ministère public (les fonctionnaires qui représentent la société au tribunal, recherchent les infractions et leurs auteurs) : « Jusqu’au 28 mars inclus, 213 303 dossiers de prévenus impliqués dans des infractions aux mesures de lutte contre la propagation du coronavirus COVID-19 (infractions « corona ») ont été ouverts au niveau des parquets correctionnels (188 630), des parquets de la jeunesse (23 022) et des auditorats du travail (1 651). »

Bruxelles deux fois plus verbalisée !

En gros, on est …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3379 membres et 1704 coopérateurs

Pensez à offrir nos contenus au tarif spécial fin d’année.
Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus