Enquête
Transaction pénale: deux mobiles pour un même crime ?
Par Éric Walravens
Le doute n’est plus permis après des semaines d’auditions parlementaires: la loi sur la transaction pénale a été co-écrite par le secteur diamantaire. Est-ce à dire qu’il n’y a plus de kazakhgate, autrement dit que le sulfureux trio kazakh n’a pas bénéficié de relais en Belgique pour faire adopter ce texte controversé ? Pas si vite. En reconstituant le parcours législatif, Médor a trouvé des éléments troublants. Comme cette demande, venant du chef de cabinet de Didier Reynders, d’accélérer le passage du texte au Sénat.
Éditorial
La Belgique dans l’abîme
Ah, la mauvaise affaire. Depuis qu’elle se penche sur son nombril, scrutant dans un repli de peau une réforme de l’État poussive ou une gestion financière bancale, la Belgique en a perdu du temps et de l’argent. Tant d’énergie à retarder sa disparition cent fois prophétisée. Le petit pays vit toujours. Mais ses disputes, ses réformes dénuées de vision, il les paie aujourd’hui. Chèrement.
Candidat·e·s au conseil d'administration
Le 10 juin 2017, lors de la prochaine assemblée générale de Médor, les coopérateur·trice·s éliront 2 de leurs représentant·e·s au conseil d'administration. Découvrez le profil des candidat·e·s sur cette page.
Enquête
Kazakhgate : accusations de pressions au sein de la Sûreté de l’État
Quentin Noirfalisse
Kazakhgate : des sources internes à la Sûreté de l’État affirment que des pressions ont été exercées sur un inspecteur afin de bloquer son travail autour du « trio kazakh » et ses liens avec l’univers politique belge. L’inspecteur en question vise notamment un chef d’unité, présenté comme un proche de Didier Reynders.
Enquête
La base polaire belge en Antarctique est fermée. Rouvrira-t-elle?
Par Sandrine Warsztacki et Jean de Baileux
La porte de la station polaire belge en Antarctique vient d’être fermée. Depuis début mars, la base princesse Élisabeth est plongée dans le noir, le temps d’un long hiver austral. Et personne ne sait qui la rouvrira fin octobre pour la nouvelle saison, ni dans quelle optique. L’État belge, qui vient encore de se faire condamner, est en train de gâcher un joujou technologique coûteux et de priver les scientifiques d’un outil de recherche de pointe. 
Enquête
Potvin, Urbain & Co : l’épopée des filous
Par Philippe Engels
En mai 2010, la police débarquait dans le bureau du secrétaire communal de Mons, Pierre Urbain. Le premier fonctionnaire de la ville. Le bras droit d’Elio Di Rupo. En mars 2013, Urbain et un complice, Bernard Potvin, étaient inculpés pour leur participation à une « organisation criminelle ». Sept ans après les premiers doutes, la justice cale à l’approche du procès. Nouveau report, décidé hier. Médor a poussé l’enquête auprès d’un milieu de filous qui ne décroche jamais. Et qui adore les intercommunales.
Enquête
La fabrique du monde sans repos
Par Olivier Bailly. Illustrations : Pieter Fannes.
Un «sans-papiers» sur le chantier de la station de métro Arts-Loi à Bruxelles, ce serait «un cas isolé». C'est en tous cas ce qua affirmé Beliris, quand linfo a fuité le 16 février dernier. Sauf que les faits sont plus compliqués que cette version officielle. C’est l’histoire de sociétés phénix qui de faillite renaissent, la cendre encore brûlante. C’est l’histoire d’une fraude ordinaire et de dysfonctionnements sur un chantier public. C’est l’histoire de Mohammed, «sans-papiers» une fois de plus collé au mur, pris en photo par... le responsable de chantier.
Enquête
«Tu vas te taire?! C'est moi qui parle!» [vidéo]
David Leloup (texte) et Quentin Noirfalisse (montage)
Médor publie un document rare. Rare, parce qu’il montre comment un mandataire PS à la tête d’une intercommunale dialogue avec le syndicat de sa famille politique, lors d’un conflit social. Rare, parce que ce document vidéo n’est resté en ligne que six jours: Stéphane Moreau, bourgmestre d’Ans et patron de Tecteo (aujourd’hui Nethys), a menacé le vidéaste amateur de lui réclamer 500.000 euros en justice pour «atteinte à son image».
Enquête
Mini-trip à Abu Dhabi «aux frais de la princesse»
David Leloup
Des enregistrements téléphoniques indiquent que Stéphane Moreau, patron de Nethys et du fonds de pension Ogeo Fund, est allé voir le Grand Prix de F1 d’Abu Dhabi en 2011 « aux frais de la princesse ». Un faux programme de travail a même été élaboré à sa demande, détaille son ex-bras droit Marc Beyens dans les enregistrements. Objectif : travestir ces vacances privées en « séminaire » professionnel afin qu’Ogeo paie les billets d’avion.
Enquête
NEO: les promoteurs mettent le turbo
Eric Walravens
Le projet NEO, porté par la Ville de Bruxelles, doit ajouter 72.000 m2 de magasins sur un plateau du Heysel complètement remodelé. Du moins si les promoteurs réussissent à slalomer entre les recours. Ils semblent bien décidés à prendre les opposants de vitesse.
Enquête
Euro 2016 : de Lyon à Bruxelles, des stades diablement coûteux
Par Eric Walravens
L’Euro 2016 de football est sur le point d’envahir nos écrans. Partout en France, les enceintes ont été refaites, souvent dans le cadre de partenariats publics-privés coûteux à long-terme pour les finances publiques. En Belgique, on a les yeux rivés vers les Diables, mais on a aussi déjà l’Euro 2020 dans un coin de la tête. Notre pays pourra-t-il lui aussi briller dans quatre ans en accueillant le match d’ouverture dans un stade flambant neuf ? Peut-être mais à quel coût ?
Enquête
Le goût amer des pilules Mithra
Par David Leloup (avec Mike Pops, st.)
Près d’une femme sur deux sous pilule contraceptive en Belgique avale quotidiennement un comprimé générique de la société Mithra. Dopée aux aides et subsides publics, l’entreprise liégeoise, qui affichait 11,4 millions d’euros de pertes consolidées fin 2014, a pourtant enrichi son patron François Fornieri d’au moins 6,5 millions au cours des mois précédant son entrée en Bourse. Conflits d’intérêts financiers, business plan trafiqué, délocalisation fiscale des fruits de la recherche wallonne, risque financier non déclaré au gendarme de la Bourse: les coulisses de la «success-story» Mithra laissent un goût amer dans la bouche du contribuable wallon.