Coffré malgré lui

Episode 1/3

dieumerci1.jpg
Paul Peyrolle. CC BY-ND.

Dieumerci Kanda s’est rendu au poste de police de la rue Démosthène, à Anderlecht, pour y déclarer la perte de son portefeuille. Sans raison apparente, il est alors arrêté et placé en détention policière. Trois heures plus tard, Dieumerci est retrouvé pendu. Que lui est-il arrivé ?

Le 4 février 2015, Bijou Nkombe se réveille au petit matin dans son appartement d’Anderlecht. Ses enfants dorment encore. Elle tâtonne de l’autre côté du lit et constate que son mari n’est pas rentré cette nuit-là. Bijou saisit son téléphone et tente de l’appeler. Après quelques tonalités, Dieumerci décroche.

« Je suis en route. Je me dépêche pour déposer L. à l’heure à la crèche. » L., le fils de Dieumerci et de Bijou, a 2 ans. Le couple a deux autres enfants plus âgés. Dieumerci a aussi un fils à Kinshasa, né d’une autre relation.

Bijou se lève et entame le rituel matinal. Dieumerci travaille dans le commerce de voitures et passe parfois la nuit au café avec des clients. Tandis qu’elle pose le pain sur la table, son téléphone sonne. C’est encore Dieumerci, qui semble cette fois paniqué. Il a perdu son portefeuille, qui contient une grosse somme d’argent destinée à acheter une voiture pour un client. Ses papiers d’identité et ses cartes de banque ont aussi disparu.

« Rentre à la maison et va faire une déclaration au poste de police dans la rue », lui conseille Bijou, qui se charge d’emmener L. à la crèche.

De retour chez elle, son téléphone sonne à nouveau. C’est le poste de police de la rue Démosthène, à Anderlecht. « Nous avons arrêté votre mari. Ne vous inquiétez pas, il sera libéré dans quelques minutes », …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2725 membres et 1691 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus