4min

Le ruisseau d’argent

Zilverbeek_sele-1.jpg

Site de la nouvelle usine Agfa-Gevaert.

Lucas Leffler. CC BY-NC-ND.

L’artiste Lucas Leffler revisite l’histoire de la photographie argentique dans un récit mêlant réalité et fiction. À partir des archives de la société Agfa-Gevaert, il nous raconte la quête d’argent liquide menée dans le Grensbeek, ruisseau situé aux abords d’Anvers.

Le long de la commune de Mortsel coulait autrefois un ruisseau. Traversant les champs de ce faubourg d’Anvers, le Grensbeek marquait (comme son nom l’indique) la frontière avec Berchem. Le cours d’eau, limpide à sa source, prenait à son passage à Mortsel des teintes sombres, charriant des boues noires sur des kilomètres. Surnommé de « Zwarte Kracht » (canal noir) par les habitants du coin, le cours d’eau devait en réalité sa coloration à du bromure d’argent.

Au début du XXe siècle, Anvers et ses environs sont en pleine expansion industrielle. L’usine Gevaert s’y implante en 1894. L’entreprise se spécialise dans les émulsions argentiques.

La production d’images explose et la demande de surface sensible aussi. Le nouveau fleuron industriel anversois augmente sa production, déversant des tonnes d’argent dans le ruisseau. Dirk Van den Poel, ancien travailleur de chez Gevaert, comme son père et son grand-père avant lui, raconte : « Peu de temps après la Première Guerre mondiale, Gevaert a commencé à rejeter ses eaux usées dans le Grensbeek. Les films étaient construits à base d’oxyde d’argent, et de nombreux éléments métalliques ont fini dans le ruisseau. »

En 1910, Gevaert produit pas moins de 100 000 mètres de pellicule 35 mm par mois. En 1920, son chiffre d’affaires est de 15 millions de francs belges et l’usine occupe des milliers d’ouvriers. Parmi eux, Thomas Van de Weyngaert a alors une idée en or : récupérer l’argent rejeté dans le ruisseau.

7 à 14 kilos par tonne

En 1927, cet outilleur de l’usine met son plan à exécution : il contacte les fermiers dont les terres bordent le Zwarte Kracht en leur proposant de nettoyer les rives. Avec des moyens rudimentaires, il draine les boues et les amène à l’usine métallurgique de Hoboken, dans le nord d’Anvers. L’entreprise devient vite florissante : Thomas récolte en moyenne entre 7 et 14 kilos d’argent par tonne de boue. Un an plus tard, il gagne suffisamment d’argent pour quitter son travail. Il loue ensuite les prairies autour du ruisseau qui appartiennent aux chemins de fer nationaux. La légende du Zilverbeek (ruisseau d’argent) est née.

En 1938, Gevaert réalise qu’elle perd un monceau d’argent dans la nature et installe un bassin de récupération. La quantité de métal dans le ruisseau diminue drastiquement, mais la production de films quadruple au cours des années d’après-guerre et avec elle le nombre de métaux déversés. Malgré la station de filtration des eaux usées, le traitement des boues est encore rentable jusqu’en 1965, date à laquelle Gevaert pose une seconde station.

Près d’un siècle plus tard, le photographe Lucas Leffler (1993) tombe par hasard sur la légende du Zilverbeek. Il suit alors un master à l’Académie royale des beaux-arts de Gand (KASK) et s’intéresse à l’histoire de l’industrie de la photographie argentique : « J’ai une fascination pour cette industrie qui a périclité avec l’arrivée du numérique. Willy Van Leemput, un ancien ouvrier, m’a fait visiter le musée Gevaert au milieu duquel trônait une maquette de l’usine. Il a pointé du doigt le tracé du cours d’eau et m’a dit : “À une époque, les gens récupéraient beaucoup d’argent là-dedans”. » Willy lui fournit un épais dossier avec des coupures de presse et des images d’époque. Dans la foulée, Lucas part à la recherche du ruisseau. Connecté avec le réseau d’égouttage, celui-ci a pratiquement disparu sous terre. Après quelques tentatives infructueuses, le photographe retrouve sa trace dans un parc à proximité. Instinctivement, il récupère de la boue du précieux ruisseau. « Dans mon inconscient de photographe, une terre qui contient de l’halogénure d’argent devait forcément pouvoir être utilisée pour produire une image. » Reproduisant la démarche de Thomas Van de Weyngaert, il décide de se mettre en scène, basculant du documentaire à la fiction. Ce faisant, le photographe brouille les pistes. Son histoire, qui mêle archives, photos actuelles et reproductions sur boue, convoque la nostalgie d’une photographie argentique. En parallèle, on peut y lire un récit onirique de la quête de l’argent. Un métal toujours bien présent dans le ruissellement du Zilverbeek, mais en trop faible quantité pour faire apparaître une image ou renaître la fièvre de l’argent.

Zilverbeek_sele-4.jpg

Archives Agfa-Gevaert.

None. CC BY-NC-ND
Zilverbeek_sele-3.jpg

Le Grensbeek (ou Zilverbeek). Le ruisseau a aujourd’hui largement disparu dans le réseau d’égouts. Une partie ressort dans le parc Wolvenberg à Berchem, au nord de l’usine, où il rejoint un étang.

Lucas Leffler. CC BY-NC-ND
Zilverbeek_sele-5.jpg

Site historique de la vieille usine (archives Agfa-Gevaert).

None. CC BY-NC-ND
Zilverbeek_sele-3.jpg

Vue de la partie est du site d’Agfa-Gevaert, depuis le château Varenthof.

Lucas Leffler. CC BY-NC-ND
Zilverbeek_sele-7.jpg
Lucas Leffler. CC BY-NC-ND
Zilverbeek_sele-8.jpg
Lucas Leffler. CC BY-NC-ND
Zilverbeek_sele-6.jpg
Lucas Leffler. CC BY-NC-ND
Zilverbeek_sele-2.jpg

Au pied de la montagne d’argent, Thomas Van de Weyngaert, qui a eu lidée de récupérer largent du ruisseau, et ses acolytes (Fons Staes - archives Agfa-Gevaert).

None. CC BY-NC-ND
Zilverbeek_sele-12.jpg

Echantillon d’analyse de « boue d’argent » issue de la société métallurgique de Hoboken (1958). L’étiquette décrit la teneur en argent comme étant de 14,770 kg par tonne (archives Agfa-Gevaert).

None. CC BY-NC-ND
Zilverbeek_sele-10.jpg

Tirage photographique réalisé à partir de la boue issue du Grensbeek aujourd’hui. L’image représente le ruisseau et sa nature environnante.

None. CC BY-NC-ND
Zilverbeek_sele-11.jpg

À droite : métaux utilisés dans la récupération d’argent issu de chimies épuisées (procédé électrolytique). L’image est tirée d’une brochure publicitaire de l’appareil « Gevamatic 4G » (archives Agfa-Gevaert).

None. CC BY-NC-ND
Tags

Dernière mise à jour

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3272 membres et 1692 coopérateurs

Vous avez une question sur cet article ? Une idée pour aller plus loin ?

ou écrivez à pilotes@medor.coop

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus