6min

Un avortement et deux claques

IVG-couv-def.png
Mariavittoria Campodonico. CC BY-NC-ND.

L’infirmière qui trouve que, « franchement, vous auriez pu faire plus attention », le gynéco qui décide (seul) de vous poser un stérilet : les « sabotages » d’IVG (interruption volontaire de grossesse) sont une réalité. Dans la foulée de cette enquête, Médor ouvre un mur de témoignages. Pour libérer la parole sur ce sujet tabou. 

À l’aide d’une sonde, recouverte de gel, le médecin examine le ventre d’Alice. La jeune femme est allongée sur une table d’auscultation. À sa droite, des images en noir et blanc s’affichent sur le moniteur. Alice détourne la tête. La main du médecin s’immobilise. Il zoome sur l’écran : « Oh qu’il est beau ce bébé ! » La patiente serre les mâchoires. Ce n’est pas pour un suivi de grossesse qu’elle est venue mais pour évaluer l’âge du fœtus. Dans une semaine, Alice se fera avorter.

« Punir les patientes. » Ces termes, la Commission nationale d’évaluation relative à l’interruption de grossesse n’hésite pas à les utiliser pour qualifier les dérives observées lors de certains avortements. La commission, présidée par Sylvie Lausberg (historienne et psychanalyste) et Mario Van Essche (avocat), se charge d’apprécier l’application de la loi relative à l’IVG de 1990 et de formuler des recommandations.

Dans son rapport de février 2021, elle observe qu’en milieu hospitalier, la prise en charge peut être inadéquate et irrespectueuse : « Pour certains soignants, l’IVG reste un acte punissable pénalement et à la limite de la légalité. » Certains comportements auraient « comme objectif, conscient ou non, d’infliger une sorte de “punition” aux patientes, avec en filigrane l’idée que de la sorte elles feront “plus attention la …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2835 membres et 1691 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus