1min

Djeb, djeb, djeb

La Petite Frappe. CC BY-SA.

Quand notre Premier ministre Charles Michel prononce son slogan politique préféré, « job, job, job », on entend les oiseaux chanter. Même en anglais, l’accent du Brabant wallon ne meurt jamais. Jusqu’à tuer sa crédibilité ?

La première fois, c’était en octobre 2015. Charles Michel présentait les trois priorités de son gouvernement : « job, job, job ». Depuis qu’il a trouvé sa formule, il la sort à tout bout de champ, dérapant quelques fois dans un drôle de « djeb djeb djeb » qui frise le « tchip tchip tchip ».

Traditionnellement, le Premier ministre belge se doit d’être
« asexué linguistique », ce qui – note pour les non-Belges – signifie qu’il ne roule ni pour les Flamands ni pour les francophones, quelles que soient sa langue maternelle ou ses préférences sexuelles. Il est censé être bilingue et s’adresser à tous. Mais avec ses petites culbu­tes de prononciation, quand il évoque la réforme « fiskèle », la valeur du « travéye » ou le besoin de « rekenaissance », à qui parle-t-il vraiment ?

Cul de poule

Le Premier, bourlingueur de Jodoigne à Wavre, ne peut cacher qu’il est un pur enfant du Brabant wallon. « C’est l’accent du “Bé­wé” », s’amuse le linguiste de l’UCL Michel Francard. Dans cette partie de la Belgique, il n’est pas rare qu’on prononce « tarte à l’djote » « tartaldjet ». Le son est projeté « vers l’avant de la bou­che », avec un pincement antérieur des lèvres, analyse le professeur. C’est l’accent du personnage de Gonzague (Gonzègue), pastiché par l’humoriste Richard Ruben, et que l’on qualifie volontiers – surtout dans le riche Béwé, d’ailleurs – de « pedzouille ».

« C’est dans les manières de langue – et en particulier les plus inconscientes, les plus inaccessibles en tout cas au contrôle conscient, comme la prononciation – que se conserve et se dénonce le souvenir, parfois renié, des origines », écrivait Pierre Bourdieu dans L’Économie des échanges linguistiques. Le sociologue français relevait lui aussi une prononciation « fine bouche » ou « lèvres pincées » dans les classes sociales dominantes.

N’en déplaise à Bourdieu, Charles Michel ne maintient pas toujours son accent régional. Sur « job, job, job », il fait même parfois du Obama, bouche ouverte et gorge profonde. « Des personnes qui manient bien la langue, observe Michel Francard, arrivent à une accommodation linguistique, c’est-à-dire à un accent moins marqué, plus neutre. » Le Premier ministre de tous les Belges tente, sans doute, de se fondre dans la masse. Quitte à renier son joli petit accent. Allez, dommége, quoi.

Dernière mise à jour

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2976 membres et 1715 coopérateurs

Vous avez une question sur cet article ? Une idée pour aller plus loin ?

ou écrivez à pilotes@medor.coop

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus