10min

Ton sperme, ma bataille

visage-sperme
Florian Huet. CC BY SA.

Des enfants issus de dons de sperme se mobilisent pour retrouver leur père biologique. Leurs outils : des banques ADN en ligne et les réseaux sociaux. Ce combat oblige les politiques à se positionner sur l’anonymat des donneurs.

« Maintenant je sais que je ne suis pas le fils du facteur ! » Pieter-Jan (prénom d’emprunt) sourit, soulagé d’enfin mettre un nom sur celui qui lui a permis de voir le jour il y a près de 40 ans. Un visage aussi, grâce aux réseaux sociaux. À 18 ans, sa mère lui apprend que son père n’est pas son père biologique. « Un choc, explique cet habitant du Brabant flamand qui avoue n’avoir jamais eu l’impression de faire partie de la famille. J’ai réalisé que j’avais vécu toute ma vie dans le mensonge. »

Des témoignages d’enfants de donneurs anonymes comme celui de Pieter-Jan se multiplient, surtout au nord du pays. Issu d’un don de sperme réalisé à la fin des années 1970, Pieter-Jan vient de retrouver les traces de son géniteur grâce à Donor Detectives, une association créée en mai 2017 par six enfants de donneurs belges et néerlandais. Leur but ? Aider les enfants de donneurs via un groupe Facebook et les encourager à réaliser un test ADN afin de retrouver leur « père » biologique ou éventuel­lement leurs « demi-sœurs » ou « demi-frères ».

Depuis son lancement, Donor Detectives compte déjà plusieurs succès à son actif et n’hésite pas à communiquer à chaque fois qu’un enfant de donneur retrouve son père biologique. « Les enfants de donneurs ont décidé de prendre leur sort en main en Belgi­que. Le fait que les personnes se retrouvent n’est plus qu’une question de temps », explique …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3417 membres et 1686 coopérateurs

Médor est un média indépendant. Notre site ne contient pas de pub. Toutefois, il utilise quelques cookies pour faciliter son utilisation. Lisez notre politique de cookies pour en savoir plus.
En savoir plus