21min

Le goût amer des pilules Mithra

geel_kleurb_low.jpg
Eliza Pepermans. CC BY SA.

Près d’une femme sur deux sous pilule contraceptive en Belgique avale quotidiennement un comprimé générique de la société Mithra. Dopée aux aides et subsides publics, l’entreprise liégeoise, qui affichait 11,4 millions d’euros de pertes consolidées fin 2014, a pourtant enrichi son patron François Fornieri d’au moins 6,5 millions au cours des mois précédant son entrée en Bourse. Conflits d’intérêts financiers, business plan trafiqué, délocalisation fiscale des fruits de la recherche wallonne, risque financier non déclaré au gendarme de la Bourse : les coulisses de la « success-story » Mithra laissent un goût amer dans la bouche du contribuable wallon.

« Je trouve Monsieur Fornieri un peu trop bling-bling. Il gagnerait à s’inscrire davantage dans la discrétion. » Ces mots de Jean-Claude Marcourt, ministre wallon de l’Économie, claquent comme un rappel à l’ordre, mâtiné d’un soupçon de mépris. « Ce sera mon seul commentaire », conclut-il. La scène se passe à Liège, le 3 juillet 2015, au barbecue annuel de la Maison de la Presse. Le ministre wallon de l’Économie déclinera toute interview ultérieure concernant le tumultueux parcours de François Fornieri, patron de Mithra Pharmaceuticals.

Créée en 1999 par le Pr Jean-Michel Foidart et François Fornieri, cette ancienne spin-off de l’université de Liège, active dans la santé féminine, est pourtant l’un des principaux symboles – sinon le symbole – du renouveau économique wallon. Une success-story « à l’américaine », largement dopée aux aides et subsides publics, que les édiles s’empressent généralement de citer quand il s’agit de convaincre que la Wallonie « se redresse ». Elio Di Rupo lui-même, sur un plateau de télévision en janvier 2012, alors qu’il était Premier ministre, n’a-t-il pas cité, parmi les personnalités qui l’inspiraient, le Prix Nobel d’économie Paul Krugman et… François Fornieri, Manager de l’Année 2011 ?

Le silence de Jean-Claude Marcourt pourrait donc intriguer, de prime abord. D’autant que trois jours plus tôt, François Fornieri, tel un gamin trépignant d’impatience, faisait sonner la cloche de la Bourse de Bruxelles quelques secondes avant l’heure prévue. L’entrée en Bourse de Mithra sur Euronext était une forme de consécration dont le ministre wallon de …

Merci pour votre curiosité

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c'est un cadeau. Nous voulons que Médor touche le plus large public possible. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2693 membres et 1393 coopérateurs

Médor est un média indépendant. Notre site ne contient pas de pub. Toutefois, il utilise quelques cookies pour faciliter son utilisation. Lisez notre politique de cookies pour en savoir plus.
En savoir plus