1min

Les barrières du roi

decoupe-sharp.png
None. CC BY-SA.

À Bruxelles, des barrières métalliques traînent régulièrement sur les trottoirs situés entre le palais royal et le palais des Académies. Mais pourquoi donc ne les range-t-on pas ?

« Il y a deux façons d’enculer les mouches, disait Vian, avec ou sans leur consentement. » Regaillardis par les mots du poète, nous avons interrogé la police bruxelloise, sur la présence de ces intrigantes barrières Nadar et chevaux de frise abandonnés sur les trottoirs du roi. Stratégie de la terreur ? Oubli systématique ? Désordre policier ? Réponse pragmatique de notre interlocuteur : « On ne va quand même pas tout le temps les sortir de l’arrière du Palais, rue de Brederode, hein… » Ben non. La police doit pouvoir verrouiller le plus rapidement possible la « zone neutre » (zone interdite aux manifestions, incluant les principaux ministères, les deux chambres du Parlement et le palais royal) sans devoir chaque fois trimballer des kilos de barrières Nadar sur des dizaines de mètres. Fourte, quoi.

Cette enquêteke bouclée plus vite que prévu, il me reste 866 signes pour vous raconter l’origine du belgicisme « barrière Nadar ». En 1864, le photographe et aéronaute français Nadar ramène à Bruxelles son gros ballon, le Géant. Le Yann Arthus-Bertrand de l’époque attire une telle foule près du Botanique qu’on installe un nouveau type de barrières pour la contenir. Dès le lendemain, la presse bruxelloise les baptise « barrières Nadar ».

D’ailleurs, je découvre que le photographe s’en plaint au journal bruxellois Le Petit Bleu du Matin, en 1900 : « Veuillez comprendre combien cela pèse sur quelqu’un d’être considéré à perpétuité comme le parrain d’une barrière, surtout si cette personne …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : abonnez-vous à Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3538 abonnés et 1883 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus