2min

À Verviers, elle germe, elle germe, la prochaine révolution musicale

Le point sur les fulgurances culturelles du plat pays

img_0028.jpg
Mulatu. CC BY-SA.

À Verviers, le collectif de musiciens Herrmutt Lobby fonctionne comme une start-up américaine, fabriquant non seulement du son mais aussi des logiciels, du hardware et d’avant-gardistes applications musicales pour smartphones.

Clopes roulées, bouffe végé. Chez les Herrmutt Lobby, collectif de musiciens « vivant comme des Gitans » dans une grande maison de Verviers, l’ambiance se veut « Fight Club ». Pour l’insalubrité, on repassera, c’est très propre. Pour le côté « mecs en mission », par contre, c’est tout à fait ça. Sauf qu’ici, on ne cherche pas à détruire le système bancaire comme dans le film de Fincher mais bien à provoquer des ruptures dans la façon de consommer et de composer la musique électronique.

« Un live électronique, m’explique Pascal, l’un des cerveaux de la bande, c’est le plus souvent mimé, mis en scène. Ce sont principalement des boucles et des séquences, qui ne permettent donc pas une grande improvisation. Après des années de production, on a cherché à retrouver le vrai plaisir de musiciens et on a fantasmé des instruments qui nous permettent de pouvoir improviser, de prendre des risques, de se répondre sur scène directement l’un à l’autre. »

Dans un premier temps, des joysticks, des écrans tactiles, des curseurs et du matériel basique de DJ sont « pimpés » (améliorés), histoire de remplacer les traditionnels claviers et de permettre, surtout, d’heureux accidents dans une musique sinon très mathématique. Des démos de ces chipotages sont postées sur You Tube fin 2010 et, très vite, attirent l’attention de médias spécialisés américains et de boîtes de logiciels berlinoises.

Verviers ? Le pied pour les workaholics

Mais la petite bande verviétoise reste toutefois sourde aux propositions étrangères. « Quand …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : abonnez-vous à Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3488 abonnés et 1883 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus