Mais où est Johan ?

BNG, la base non-gérée (4/5)

BNG_4_uB.jpg
Sarah Fabre. CC BY-NC-ND.

Le constat de nos trois premiers articles sur la BNG est inquiétant. Fichage en cascade depuis le Covid, absence d’archivage des informations, impossibilité de consulter ses données. Ce laisser-aller n’est pas sans conséquences dans la vie des citoyens. Pas vrai, Johan ? Ahmed ? Karim ? Sophie ?

Cette investigation par épisodes est l’un des volets de notre grande enquête participative sur l’hypersurveillance à la belge.

homepage.jpg

15 et 16 juin 2016. Tours&Taxis.

Z’avez pas vu Johan  ? Il doit venir aux 10e Journées Européennes du Développement. Lors de cette grande réunion de la solidarité, les ONG et décideurs politiques européens discutent partenariats, solidarité Nord-Sud, coopération internationale et développement. Mais où est Johan ?

Johan n’est pas là. Pourtant, ce salarié à temps partiel de l’ASBL Zinneke (qui organise l’inénarrable Zinneke Parade à Bruxelles) doit participer au montage et démontage de l’événement. Il arrondit ainsi ses fins de mois en tant qu’indépendant complémentaire.

Mais c’est quoi une attestation de sécurité ?

Si vous voulez travailler sur un site sensible (une centrale nucléaire ou un aéroport par exemple) ou accéder à un bâtiment ou à un événement sous haute sécurité, ce sésame est indispensable. Il est délivré par l’Autorité Nationale de Sécurité, sur demande de l’employeur.

Ce document atteste que vous êtes quelqu’un de fréquentable. Comme l’explique l’Organe de recours, « l’attribution d’emplois, de fonctions ou l’octroi de certaines autorisations dépend d’un contrôle de la loyauté, de l’intégrité, de la discrétion et plus, généralement, de la "bonne moralité" d’une personne ».

Et c’est parti pour une enquête qui vérifie que vous êtes gentil. Elle est effectuée par la police ainsi que par les services de renseignements et de sécurité. Leurs bases de données sont évidemment consultées.

Et là, patatras, Johan n’a pas accès à l’événement européen, et ne peut donc …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3415 membres et 1686 coopérateurs

Médor est un média indépendant. Notre site ne contient pas de pub. Toutefois, il utilise quelques cookies pour faciliter son utilisation. Lisez notre politique de cookies pour en savoir plus.
En savoir plus