Le greffe de la peur

Episode 2/3

Le greffier du Parlement wallon, Frédéric Janssens, est quelqu’un d’exigeant, qui aime les termes « qualité » et « efficience ». Des députés estiment qu’il a sorti de l’ornière un Parlement wallon en déroute. Mais plusieurs agents sont formels : ses méthodes RH sont agressives, et le personnel vit dans la crainte.

Printemps 2013. En place depuis plus de trois ans, le greffier du parlement wallon, Frédéric Janssens envoie à son personnel l’enquête annuelle de satisfaction interne. Objectif : améliorer la qualité et les conditions de travail. Le ton est enjoué : « Grâce à vous, les défis qui s’annoncent pour le Parlement wallon peuvent être envisagés […] avec la certitude de démontrer une fois de plus l’efficience de nos services. »

Une agente appelle alors sa mère. Pourquoi ? Pour qu’elle remplisse le questionnaire à sa place, de peur que l’on reconnaisse son écriture. À la demande d’évoquer le Parlement en trois éléments, elle répond : conditions de travail de plus en plus insupportables notamment à cause d’un encouragement à la délation, pression et sentiment de contrôle permanent, l’objectif est de pousser à la faute ceux dont on veut se débarrasser.

À la question de « comment améliorer les relations avec la hiérarchie », elle répond : « En mettant fin aux mesures d’intimidation, en remplaçant les humiliations par la mise en confiance. »

Elle envoie le document à la Cellule Qualité du Parlement.

« Pas un mot de vrai »

« À l’époque, déclare-t-elle aujourd’hui, nous étions plusieurs à dénoncer, déjà, le comportement du greffier, en parlant, il est vrai de haute hiérarchie, mais c’est bien lui qui était visé. »

Les plaintes des agents remontent dans les médias. Ils invoquent des griefs lourds : harcèlement au travail, sanctions abusives. Personne n’ose sortir en son nom propre. Janssens nie en bloc.

« Pas un mot de vrai », dans ces reproches, …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3379 membres et 1704 coopérateurs

Pensez à offrir nos contenus au tarif spécial fin d’année.
Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus