Rendeux, terre conquise ?

Flamands en Ardenne. Episode 2/3

Prise d’assaut par des investisseurs en quête d’un coin de paradis, la commune ardennaise a vu le prix de son immobilier augmenter. Victimes collatérales, les jeunes ménages, qui galèrent à acheter une maison dans l’entité.

Mars 2020. Catherine De Coninck et Hugo Verhoeve sont coincés, en plein confinement, avec leur nouvelle acquisition sur les bras. Un camping, Le Passage, idéalement situé le long de l’Ourthe, à Rendeux, près de la route qui relie les deux poumons touristiques du nord de l’Ardenne belge : Durbuy et La Roche-en-Ardenne.

Ces deux anciens éleveurs ont quitté la Flandre orientale pour s’installer ici il y a quelques semaines (cfr épisode 1). Les locations d’avril et d’été semblent bien compromises mais au moins, ils ont de l’espace. Pas comme des milliers de Belges et a fortiori de Flamands, coincés chez eux devant Netflix et le Codeco.

sele_Jusseret-5.jpg
Lionel Jusseret

Le prix demandé, voire plus

En Flandre, beaucoup jurent qu’ils ne se feront pas avoir deux fois. Si jamais il y a un nouveau confinement, c’est dans une résidence secondaire qu’ils le passeront. Et en Ardenne plutôt qu’ailleurs.

« Avant le Covid, on avait beaucoup de demandes, tout se passait bien, le marché s’excitait rarement ». Benjamin Gaspard est agent immobilier depuis 2006. Son bureau est au coeur de Rendeux, juste au bord de la route principale qui file vers Hotton. Il vend des biens dans un rayon de cinquante kilomètres, et son personnel est bilingue car « par principe, il faut faire l’effort pour les acheteurs, même s’ils parlent quasiment tous français. ».

Après le premier confinement, le téléphone s’est mis à sonner sans arrêt. « On a eu des dizaines de personnes en rendez-vous pour une seule maison. Cela ne servait à …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2518 membres et 1730 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus