4min

La première juge

La parole d’une juge face sa jeune. Episode 2/3

Dans l’épisode précédent, Julie raconte avoir vécu des moments parfois difficiles lors de son passage devant la justice en tant que mineure. Madame D. a suivi Julie de ses 14 à 16 ans, comme juge de la jeunesse. Onze ans après les faits, elle accepte de s’exprimer sur la façon dont elle a vécu cette affaire.

« J’ai d’abord rencontré Julie comme mineure en danger. Puis, je l’ai suivie pour des faits qualifiés d’infractions ».

En tant que juge de la jeunesse, madame D. avait 2 types d’entretiens : le suivi et l’urgence. « Quand c’était des rendez-vous préparés, c’est une ambiance plus sereine : on faisait le tour des objectifs. On validait. On en fixait d’autres. On se revoyait 3-4 mois après. Mon but, c’était de féliciter ou recadrer les jeunes s’il y avait lieu. La fréquence des rencontres dépendait du comportement des ados. »

Julie, elle la voit « énormément », parfois 2 fois par mois. C’est inhabituel, mauvais signe. Les centres successifs de Julie avertissent la juge : “ça ne va pas. Il y a des dérapages. On vous demande de la recadrer.” Madame D. voit Julie souvent et en urgence. « L’institution savait qu’elle pouvait compter sur moi si elle était en difficulté. »

7 placements

Certains juges disent : “débrouillez-vous, c’est pas mon problème”’. Madame D. considère que si le centre a des difficultés avec l’ado, c’est aussi son problème. « C’était utile de réunir tout le monde pour que chacun exprime ses challenges et que j’adopte la mesure appropriée. »

La loi définit les mesures à disposition du juge de la jeunesse : l’ado peut être maintenu dans son milieu de vie sous conditions (par exemple ne plus commettre d’infractions, aller à l’école). La juge peut adopter des mesures réparatrices comme un travail d’intérêt général, une médiation. Enfin, il y a les placements en IPPJ, la mesure ultime.

La première …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2740 membres et 1709 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus