3min

Le second juge

La parole d’un juge face sa jeune. Episode 3/3

Monsieur A. est juge au tribunal de la Jeunesse. Il se souvient très bien de Julie. Des histoires comme la sienne donnent tout le sens à son métier.

Monsieur A. se souvient bien de Julie, qu’il a suivie de 16 à 18 ans. « C’était une fille marquante et l’un de mes premiers dossiers comme juge de la jeunesse. Elle avait un mode d’expression inadapté pour attirer l’attention, qui a été fortement travaillé par son centre ».

Le parking qui révèle

Au fil des rencontres, monsieur A. apprend à la connaître. Les entretiens de cabinet sont des moments charnières : il sent les tensions, observe les gens se positionner les uns vis-à-vis des autres. « C’est pour ça que j’ai un bureau donnant sur le parking. Je vois les familles arriver. C’est extrêmement parlant dans le non verbal ».

Parfois le jeune passe devant, suivi par des parents penauds. Une mère complètement en retrait. Un père qui tape sur l’épaule du gamin comme pour le féliciter de rendre visite au juge.

La fréquence des rencontres de monsieur A. avec Julie est aléatoire : quand un juge confie la prise en charge d’un jeune à une institution, il voit l’ado à la fin du mandat donné à l’institution, mais il peut aussi le voir entre-temps, s’il y a dérapages ou en fonction du projet pédagogique du jeune.

Tout n’est pas facile dans les entretiens avec Julie. Elle s’énerve parfois, sort du bureau, claque la porte. Monsieur A. laisse faire. Elle reviendra quelques minutes plus tard. En s’excusant. « Je suis arrivé à un moment où Julie était plus pacifiée. Les coups de gueule, c’était du temps de Mme D. »

Cash

Quand un mineur est trop …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2741 membres et 1709 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus