Les fantasmes de George

George Scott porte un nom de personnage de fiction. Il a pourtant existé. Entre 1948 et 2013, cet Américain aux origines soviétiques s’est bâti en Belgique un petit empire du cinéma érotique et porno sur pellicule, unique en son genre. Il a été tour à tour exploitant, distributeur, directeur de salles de cinéma. Avant de subir les crises successives d’un secteur tué par la VHS, la télé et autres « forces » de la modernité. De lui et de son itinéraire, il ne reste pourtant quasi rien. Médor s’est lancé sur ses traces, quitte à tuer quelques fantasmes.

Photo Laurent Tenzer. Cinéma Nova - Fonds ABC.

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus