Les fantasmes de George

George Scott porte un nom de personnage de fiction. Il a pourtant existé. Entre 1948 et 2013, cet Américain aux origines soviétiques s’est bâti en Belgique un petit empire du cinéma érotique et porno sur pellicule, unique en son genre. Il a été tour à tour exploitant, distributeur, directeur de salles de cinéma. Avant de subir les crises successives d’un secteur tué par la VHS, la télé et autres « forces » de la modernité. De lui et de son itinéraire, il ne reste pourtant quasi rien. Médor s’est lancé sur ses traces, quitte à tuer quelques fantasmes.

Photo Laurent Tenzer. Cinéma Nova - Fonds ABC.

Médor est un média indépendant. Notre site ne contient pas de pub. Toutefois, il utilise quelques cookies pour faciliter son utilisation. Lisez notre politique de cookies pour en savoir plus.
En savoir plus