Cher bourgmestre - épisode 2

Découvrez le second volet de notre portrait-puzzle consacré à Jacques Gobert, bourgmestre de La Louvière.

parking_cora

Parking Cora, La Louvière, ce lundi 7 octobre 2019.

Laurent Poma. CC BY-NC-ND.

« Gobert, l’âme de ta ville, c’est nous »

Le 22 février, à 20h00, un mail est parti de la boite « harcelement.louvierois@gmail.com ». Il était adressé à des journalistes, à des fonctionnaires, à des responsables politiques ou syndicaux. Inutile d’y répondre : depuis, le « corbeau » s’est envolé. « Jacques Gobert (le bourgmestre) s’est arrangé pour avoir autour de lui des camarades qui acceptent de laisser un tyran à la tête de la commune. »

Le délateur faisait référence au suicide d’un ancien journaliste de La Nouvelle Gazette, reconverti dans la fonction publique. Il se disait harcelé. Commentaire du délateur : « Si personne n’ose en parler, c’est parce que tout le monde a peur de perdre son boulot ». Au même moment, l’administration avait débrayé. Un autocollant était posé sur les murs de la Cité administrative, place communale. « Gobert démission. PS = maffia. »

caricature_du_bourgmestre
Entrée du parking Cora, lundi 7 octobre 2019.
Laurent Poma. CC BY-NC-ND

Notre photographe Laurent Poma en a trouvé un autre, ce lundi, sur un poteau près du Cora. Le maïeur local porte un nez de clown et soumet un policier, représenté tel un petit chien. En mars, une banderole accrochée sur un pont du centre-ville avait manifestement été dressée par les supporters de la RAAL, l’un des deux clubs rivaux à La Louvière. Incidents lors d’un match au Tivoli, huis-clos décidé pour le suivant par le bourgmestre. D’où ceci : « Gobert, l’âme de ta ville, c’est nous ». Et sur les grilles du stade du Tivoli : « …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2900 membres et 1739 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus