Du cul…

Famille Rienacacher ou comment ne pas étaler sa vie privée sur le web ? (1/4)

Dans la famille Rienacacher, parents et ados ont un smartphone. Tout va bien, merci. Jusqu’à ce que mamy poste. Elle balance, ça poucave et ça flippe de partout… Du 26 au 29 octobre, découvrez qui espionne qui dans cette famille bien sous tous rapports. Une fiction basée sur des faits réels (1000 questionnaires, des entretiens, des docs, toussa).

Emma → Papa

  1. T’as vu Facebook ? ? ? 😱

  2. Je travaille ma chérie…

  3. Non mais la publication de mamy ! ! ! 😱😱😱😱

La surprise de Christophe est double. D’abord, sa mère publie très peu sur les réseaux sociaux. Ensuite, elle est morte.

Christophe arrête les comptes de la boîte. Faut pourtant qu’il avance. C’est pas comme ça qu’il aura son augmentation.

Il ouvre immédiatement son profil Facebook.

Mode d’emploi : Il y a deux niveaux de lecture dans ces épisodes. Le premier est constitué par le texte central, qui raconte l’aventure de la famille. Le second est constitué par les notes (ces petits numéros dans le texte), qui distillent des premières informations tout au long de l’histoire.

Effectivement, sa mère a posté :

Visuel1_a_DEF.png

Papa → Emma

  1. Tetcheu. Elle était pas experte en cybersécurité pour rien. Ça, c’est sa dernière leçon…

  2. J’espère que t’as rien laissé traîner sur les RS 🤣🤣🤣🤣

  3. T’inquiète pas pour moi. Et toi ?

  4. Trankil 🧘‍♀️

Trankil.

Sauf qu’à partir de là, c’est la panique. Mamy, c’est 5 000 amis Facebook, dont le boss de Christophe. Mamy, c’est aussi « la » référence en matière de crypto. Ex-prof d’unif’dans un master cybersécu’, cryptographe.

Si morte, elle commence à publier des trucs, …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3379 membres et 1704 coopérateurs

Pensez à offrir nos contenus au tarif spécial fin d’année.
Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus