Dyle : La fronde des arbres

bois_beumont_006

Sophie Visart, la gardienne du bois de Beumont. Jeudi 26 octobre.

Au nord de Wavre, les amis du bois de Beumont ont remporté une victoire symbolique face à Matexi, le développeur immobilier glouton. S’opposer, lutter pour la préservation des derniers espaces verts de la vallée : et s’il n’était pas trop tard ?

Dans la mémoire collective, il y a des combats citoyens qui ont marqué la population de Louvain-La-Neuve ou celle de Wavre. Comme l’extension recalée du centre commercial L’Esplanade, en 2017. Ou le contournement avorté de Wavre, en 2021. Mais il y a eu, aussi des échecs retentissants, qui restent en travers de la gorge comme autant de défaites face au pouvoir aveugle de l’argent. Ils sont plus nombreux. Sophie Visart, 62 ans, fille d’agriculteurs, est actuellement dans un entre-deux. Face à elle, le développeur de quartiers résidentiels anversois Matexi, 438 millions de chiffre d’affaires consolidé l’an dernier. À ses côtés, des arbres et des gens.

Où se déroule l’action ? Au bois de Beumont, l’un des derniers poumons verts de Wavre. Il s’étend entre le centre-ville et l’autoroute E411, en direction de Bierges et du Nord. Très prisé des promeneurs et des sportifs qui aiment venir s’y entraîner ou pratiquer l’accrobranche. Il recèle une merveille, une hêtraie abritant des arbres multi-centenaires. « Quelque chose de magique se passe quand vous vous retrouvez entre les arbres, ici, explique Sophie Visart. Vous ressentez l’impression d’avoir le nez dans le ciel. » Ces géants à la force tranquille, Sophie les connait depuis toujours. Née à Bierges, elle a grandi dans le quartier du Ry, tout proche, et conserve d’innombrables souvenirs de la hêtraie. Alors, quand la construction d’une route a failli abattre ces arbres, en 2022, elle a pris la tête de la résistance.

bois_beumont_010

L’objectif de Matexi consiste à relier au zoning nord …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : abonnez-vous à Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3461 abonnés et 1880 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus