Dyle : La rivière est un chancre

Aer_aqua_terra_008

En six ans, l’association Aer Aqua Terra et ses bénévoles auront retiré 300 tonnes de déchets de la Dyle.

Profession : nettoyeurs de rivière. Voici comment un duo ultra-déterminé lutte à mains nues contre la bêtise humaine. Qui va l’emporter ? On parie ?

La première fois que nous avons rencontré Ann-Laure Furnelle, elle avait le nombril dans la Dyle et pêchait des déchets près d’un petit barrage rempli de saloperies en plastique et de ballons. Elle a crié d’une voix rauque :

- Ah, c’est vous, le journaliste qui enquête sur le béton et l’eau dans la région. C’est bien… Y’a beaucoup à raconter. Mais moi, j’vous ai jamais vu dans la rivière, hein. Faut venir à une de nos activités. Suffit de s’inscrire sur notre site. Vous comprendrez mieux.

En septembre 2023, Ann-Laure, son compagnon Marc Verheyden, deux autres salariés et une poignée de bénévoles de l’asbl Aer Aqua Terra, fondée il y a six ans, ont chaussé leurs wadders – de longues bottes de pêcheurs – à Genappe où la Dyle sort de terre. Là, si près de la source, ils ont sorti de l’eau une tonne de lingettes en une dizaine de jours. Résultat : elle a lancé un nouveau coup de gueule, qui résonne dans la vallée. Tout le monde connaît cette forte personnalité, ce caractère bien trempé dans ce sous-bassin versant de l’Escaut où l’état de la rivière et de ses affluents reste globalement lamentable.

Aer_aqua_terra_014
Ann-Laure Furnelle dans ses nouveaux locaux de Wavre.

«  En termes de déchets, dit-elle, je n’ai pas encore trouvé de chancre aussi grave que le Brabant wallon. Le lit de la rivière est un matelas tapissé de déchets. Ils ne se dégradent pratiquement pas avec le temps, parce qu’ils sont à l’abri …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : abonnez-vous à Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3493 abonnés et 1883 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus