« On a créé des écoles de seconde zone »

pyramides_objets.png
D’après Amélie Carpentier. CC BY-NC-ND.

Le décret inscription (en 2011) devait donner les mêmes chances à tous d’inscrire son enfant dans l’école de son choix. Il a eu un effet inattendu : des écoles secondaires, surtout techniques et professionnelles, peu prisées, n’ont plus eu assez d’inscriptions pour maintenir un premier degré (1ère et 2ème années). C’est le cas de l’Institut Saint-Joseph à Etterbeek. Interview avec Laurence Hubert, sa directrice.

Médor : Votre école organisait un premier degré commun (1ère et 2ème années) jusqu’il y a peu. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Qu’est-ce qui s’est passé ?

Laurence Hubert : Nous avons eu un premier degré commun jusqu’à l’entrée en vigueur du décret inscription en 2010-2011. À partir de ce moment, le nombre d’élèves dans le premier degré a diminué d’année en année.


Comment expliquez-vous ce phénomène ?

Étant donné qu’à partir de la 3ème, nous n’organisons quasiment que du technique ou du professionnel, les parents ont eu peur que leurs enfants se trouvent « enfermés » dans ces filières qualifiantes. Le décret inscription leur permettait plus qu’avant d’opter pour des écoles de leur choix au premier degré. Ils se sont donc dirigés vers les « bonnes » écoles.


Qu’entendez-vous par « bonnes écoles » ?

Je vais vous donner un exemple : j’ai été directrice de Saint-Stanislas, une école d’enseignement général également située à Etterbeek. Quand l’école était complète, je leur disais d’aller à Saint-Joseph. Ils disaient tous « non ».

Et à Saint-Joseph, c’était complet ?

Non. Cela a fait partie du phénomène de « disparition » du premier degré. Nous y avions de moins en moins d’élèves. Vu que l’école n’était pas complète, nous recevions soit des élèves pour qui Saint-Joseph ne constituait pas un premier choix, soit, en fin de première année commune, des élèves exclus d’autres écoles. Dont beaucoup de « fausses » exclusions, notamment via des procédures de non-réinscription (voir notre article « Des écoles trop belles pour eux »).

Comment gère-t-on cette situation ?

Difficilement. Dans notre équipe, les professeurs du deuxième …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3442 membres et 1686 coopérateurs

Médor est un média indépendant. Notre site ne contient pas de pub. Toutefois, il utilise quelques cookies pour faciliter son utilisation. Lisez notre politique de cookies pour en savoir plus.
En savoir plus