Thérèse Atango : infirmière de nuit, elle a voulu soigner jusqu’au bout

Portrait des soignant·e·s victimes du Covid

therese-atango.jpg

Médor documente la vie et le travail des soignants belges. Chaque semaine, durant l’été, nous publierons de nouveaux portraits de ceux d’entre eux qui ont succombé au Covid-19. Aujourd’hui, Thérèse Atango Okapenge, une infirmière de nuit qui a voulu aller jusqu’au bout.


Métier :
Infirmière de nuit

Passion : Cuisine (africaine - européenne)

Lieu de travail : Site Etterbeek-Ixelles des Hôpitaux Iris-Sud.

Jour du décès : 21 juin 2020

Âge : 47 ans

Le 20 mai dernier, Thérèse Atango est partie travailler en unité Covid alors qu’elle ne se sentait pas très bien. Elle avait dit à ses parents qu’elle était très fatiguée. Mais elle avait les soins de santé dans la peau. Sa fille lui a demandé : « Maman, pourquoi tu pars travailler dans cet état ? » Thérèse a répondu, simplement : « Parce que les autres ont besoin de moi. »

« Elle n’aimait pas l’idée de déranger le planning en s’absentant », explique sa demi-sœur Sylvie.

Thérèse, née à Kinshasa et arrivée en Belgique à 8 ans, a fait des études de marketing, avant de se rendre compte que ça ne lui plaisait pas. À 32 ans, « voulant avoir un impact pour les gens », elle reprend des études d’infirmière. Sylvie, elle-même médecin, n’a pas été étonnée par ce choix : « Elle a toujours voulu prendre soin des autres. Nous avons le même papa et Thérèse s’est occupée de moi et de mon jumeau durant toute notre enfance. »

Depuis cinq ans, elle travaillait dans cet hôpital, d’abord comme intérimaire et puis à 3/4 temps au service T31 de cardiologie et pneumologie. En service de nuit, c’est un boulot un « peu spécial », comme le dit son infirmière-cheffe, Patricia Blondelet, « …

Merci pour votre curiosité

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c'est un cadeau. Nous voulons que Médor touche le plus large public possible. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2998 membres et 1409 coopérateurs

Médor est un média indépendant. Notre site ne contient pas de pub. Toutefois, il utilise quelques cookies pour faciliter son utilisation. Lisez notre politique de cookies pour en savoir plus.
En savoir plus