Isaura Castermans : en bonne santé, « elle n’avait aucune crainte »

Portrait des soignant·e·s victimes du Covid

isaura_castermans.jpg

Médor documente la vie et le travail des soignants belges. Chaque semaine, durant l’été, nous publierons de nouveaux portraits de ceux d’entre eux qui ont succombé au Covid-19. Aujourd’hui, Isaura Castermans, la plus jeune victime du virus parmi le personnel de santé.


Métier :
infirmière en maison de repos 

Passions : fitness et CrossFit

Lieu de travail : Prince Park Residence, Genk


Jour du décès : 26 mars 2020 


Âge : 30 ans 

Enfant puis adolescente, Isaura Castermans dévorait quantité de séries télévisées qui se déroulaient en milieu hospitalier. Elle est ensuite devenue elle-même infirmière.

Son parcours professionnel commence à Genk, à l’hôpital du Limbourg oriental (ZOL Genk), avant de bifurquer vers la réalisation de soins à domicile pour la Croix jaune et blanche (Wit-Gele Kruis). Il y a un an, Isaura Castermans rejoignait le personnel de la maison de repos Prince Park Residence (180 chambres), à Genk toujours, pour prendre soin de résident.e.s souffrant de démence.

Elle se sentait à sa place” dans ce nouvel emploi, explique sa mère, Sheila Asunis. “Elle se donnait à 100 % pour ses patients et elle avait de très chouettes collègues”. Sauro Cimino, le compagnon d’Isaura : “C’était une personne très attentionnée. Elle aimait beaucoup son travail, même si sur la fin, c’était devenu plus difficile. Son métier n’est pas toujours apprécié à sa juste valeur.”

A plusieurs égards, Isaura Castermans “venait de”. Elle venait de quitter Zutendaal, commune limbourgeoise où elle habitait depuis sa naissance. Elle venait d’emménager avec son compagnon dans un appartement à Genk. Ils n’avaient pas encore déballé tous leurs cartons qu’elle souhaitait déjà construire une terrasse pour accueillir des amis. Puis acheter une maison, un jour. Mais d’abord partir en voyage, en Italie …

Merci pour votre curiosité

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c'est un cadeau. Nous voulons que Médor touche le plus large public possible. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2998 membres et 1409 coopérateurs

Médor est un média indépendant. Notre site ne contient pas de pub. Toutefois, il utilise quelques cookies pour faciliter son utilisation. Lisez notre politique de cookies pour en savoir plus.
En savoir plus