Carmen Boarici : jamais à la maison en temps d’urgence

carmen-boarici.jpeg

Médor documente la vie et le travail des soignants belges. Chaque semaine, durant l’été, nous publierons de nouveaux portraits de ceux d’entre eux qui ont succombé au Covid-19. Aujourd’hui, Carmen Renate Boarici, une infirmière d’origine roumaine, dont l’assiduité au travail n’avait d’égal que la légendaire discrétion.

Métier  : infirmière

Lieux de travail  : Cliniques universitaires Saint-Luc à Bruxelles

Jour du décès  : 20 avril 2020

Âge  : 51 ans

Passion  : la formation continue en méthodes de soins, aller voir son fils faire de la plongée sous-marine

Carmen Boarici a grandi dans la Roumanie de Ceaucescu, à Brasov, petite ville de Transylvanie entourée par les Carpates. À 13 ans, elle voit sa mère mourir, faute d’un système de soins capable de traiter tout le monde. Carmen fulmine. Contre son pays. Contre elle-même : elle n’a pas pu aider sa mère à guérir. C’est décidé : elle deviendra infirmière.

Après avoir été enrôlée dans l’armée roumaine pour soigner les soldats, elle essuie une solide déconvenue dans sa vie de couple, qui lui a donné un premier enfant, Maria, aujourd’hui établie à Londres. Carmen part s’installer en Belgique où on lui propose un contrat.

Elle a l’intention de tout rebâtir. Elle travaillera pour le Chirec (Centre hospitalier interrégional Edith Cavell), à Bruxelles, avant de bifurquer, en 2018, vers les Cliniques universitaires Saint-Luc où elle travaille en gériatrie.

Carmen parlait peu. Elle bossait. Une de ses rares amies, Véronique Fayt, aide-soignante au Chirec, se rappelle d’une femme « dévouée, franche, toujours prête à rendre service, extrêmement discrète ». Carmen empilait les journées de travail, et lors de ses jours de récupération, elle cherchait du boulot par intérim ou se formait à d’autres méthodes de soin non conventionnelles, comme la Technique Bowen, qui vise à soigner le corps à …

Merci pour votre curiosité

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c'est un cadeau. Nous voulons que Médor touche le plus large public possible. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2746 membres et 1394 coopérateurs

Médor est un média indépendant. Notre site ne contient pas de pub. Toutefois, il utilise quelques cookies pour faciliter son utilisation. Lisez notre politique de cookies pour en savoir plus.
En savoir plus