Et si on avait agi il y a dix ans…

Sur la piste du vaccin belge - Épisode 3/3

Alors que le Neyts-Lab (Louvain) cherche des financements pour des essais cliniques, de nouveaux variants du coronavirus débarquent. Les vaccins déjà sur le marché semblent perdre leur efficacité. L’équipe belge choisit d’adapter son « candidat ».

ku-leuven-coronavirus-3.jpg
Hugo Ruyant. CC BY-NC-ND

Octobre 2020. Un nouveau variant du coronavirus est détecté en Inde, dans l’État du Maharashtra. Dix mois plus tard, le Delta, s’est propagé dans 132 pays. Il est plus contagieux et plus virulent que tous les autres.

Les vaccins les plus largement administrés en Belgique, Pfizer et Moderna, voient leur efficacité baisser contre le Delta, passant de 91 à 66 % selon une étude américaine d’août 2021. Mais la virulence de ce variant pourrait ne pas être la seule raison. L’efficacité des vaccins à ARN messager s’éroderait au fil du temps.

Au Neyts-Lab, qui dispose d’un vaccin-candidat dont les résultats sont excellents sur les hamsters, le choix a été fait, dès le dernier trimestre 2020 : ne pas se dépêcher pour sortir un vaccin à tout prix, mais plutôt adapter son « candidat » aux nouveaux variants.

Ils y parviennent juste avant l’arrivée d’Omicron, le nouveau variant, qui s’avère vite moins virulent que Delta, mais très contagieux. « Nous avons essayé de développer un vaccin, toujours sur base de celui contre la fièvre jaune, contenant une protéine spike qui ait le plus large spectre d’activités contre le coronavirus et ses variants, mais qui puisse aussi, on l’espère, couvrir des variants à venir. »

Au moment de terminer cet article, l’équipe de Neyts cherchait à le tester contre Omicron. « Mais nous avons rencontré un problème technique. » …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2518 membres et 1730 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus