Il ne fait que ce qui lui plaît

Dylan a un « trouble du comportement »

A l’école, Dylan veut jouer. Apprendre, ça ne l’intéresse pas. Logopédie, psychomot, patience infinie : toutes les pistes existantes ont été explorées. Désormais, c’est une école spécialisée qui va prendre le relais.

2
Comment tu te vois quand tu seras grand ? Les élèves de l’école des Fleuristes (centre pédagogique de Vlaesendael) à Bruxelles, enseignement spécialisé de type 1 et 8, ont accepté de répondre en dessin à cette question. Nous reproduisons leurs œuvres dans cette série d’articles.
Les élèves de l’école des Fleuristes. Tous droits réservés

Vous avez fait la connaissance de Dylan dans l’épisode 1 (à lire avant celui-ci). Ses parents se demandaient si leur éducation trop permissive était à l’origine de ses blocages face aux apprentissages scolaires et au langage.

Dylan est en troisième maternelle à l’école de la Bassée (Roux). Pour la directrice, Sabine Devergnies, l’absence de cadre dans les familles retarde certainement l’acquisition de compétences scolaires.

« Un petit enfant qui n’a pas encore connu de limites, dans l’espace, dans ses actions, il doit d’abord grandir, prendre ses repères dans le monde de l’école, avant d’être prêt pour les apprentissages. »

Elle insiste : l’école doit tenir compte de la réalité de ces élèves, qui n’ont plus la même éducation ni les mêmes besoins qu’autrefois. « Est-ce qu’un enfant doit vraiment rester assis sur sa chaise du matin au soir ? Non. Il y a toute une série de choses que nous avons dû adapter pour permettre aux enfants du XXIe siècle de trouver leur place dans l’école. »

Les instits composent aussi avec la kyrielle de troubles (de l’apprentissage, du langage, de la personnalité, de l’attention ou du comportement) qui se sont invités dans toutes les classes …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3035 membres et 1739 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus