Son avocat : « Ce n’est pas un hasard. Il était Noir »

Episode 3/3

dieumerci3.jpg
Paul Peyrolle. CC BY-ND.

La famille de Dieumerci Kanda est convaincue que la police a commis des erreurs. Son avocat de l’époque parle de racisme. Une plainte avec constitution de partie civile est déposée et le juge d’instruction est saisi.

Début 2019, le juge d’instruction Tassin conclut l’enquête judiciaire entamée début avril 2015 et remet le dossier à la chambre du conseil. Celle-ci établit, à la demande du procureur du roi, que rien ne peut être reproché aux agents concernés.

Le 19 mars 2019, un non-lieu est prononcé. Il n’y aura pas de procès. Me De Quévy, le deuxième avocat de la famille, peut alors interjeter appel, mais il laisse expirer le délai. La famille Kanda n’est au courant de rien et n’apprend la décision que plusieurs mois plus tard. À ce moment, le parquet de Bruxelles a déjà clôturé l’affaire définitivement.

« Nous estimons avoir été gravement trompés par l’avocat De Quévy », regrette Bijou. « Nous pensions qu’il mettrait tout en œuvre pour que justice soit faite, mais mis à part facturer de grosses sommes, il ne s’est pas du tout occupé de l’affaire. »

Me De Quévy n’a pas souhaité faire de commentaire. Son prédécesseur, Me Deswaef, livre en revanche une réaction. Il dit regretter que la famille en soit venue à changer de conseiller. « J’ai probablement été trop peu joignable pendant la longue durée de l’instruction et je leur ai donné trop peu d’explications. L’affaire s’est terminée de façon très soudaine. Dès le moment où la famille fait appel à un autre avocat, les règles de déontologie m’interdisent de reprendre contact avec elle. »

Me Deswaef est horrifié par ce qui s’est produit. « La …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3080 membres et 1700 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus