11min

Jacques a dit

Le bourgmestre autoritaire au milieu du lac

Gobert Balcon.JPG

Jacques Gobert, le mardi 8 octobre. Ferme, fermé.

Laurent Poma. CC BY-NC-ND.

Pour relancer La Louvière, où l’emploi manque et le projet de ville reste flou, il faudrait rassembler plutôt que diviser. Il reste 5 ans à Jacques Gobert, et sans doute 11, pour revenir à ses fondamentaux sociaux : incarner une cité capable de se battre face à l’adversité. Portrait, en guise d’épilogue.

Scène 1. Le Far West

Vincent Thirion vit à Feluy. Il vient de Charleroi. Il dirige depuis bientôt trois ans le Centre culturel régional de La Louvière. Il parle avec respect, gourmandise et même une pointe d’admiration de son nouveau cadre de vie, le jour et la nuit, quand il y a spectacle. « Une drôle de ville, tout de même ! Quand on vient de la gare sinistrée, c’est un monument culturel, puis l’autre, sourit-il. Je me souviens d’une pièce jouée ici, à Central, l’année où je suis arrivé. C’était We Want more. Le genre Monty Python, assez délirant et audacieux. Ça se termine avec un acteur qui meurt sur scène, sous une tente. A un moment, un spectateur se lève, quitte son siège, descend les marches, grimpe sur la scène et va voir sous la tente. Tout le public le suit alors et les gens se mettent à chanter ensemble sur les planches. » Il faut être Louviéroise ou Louviérois pour ça. La curiosité, la chaleur humaine, l’impertinence.

A la vie, à la mort. Celle de la ville et de son centre, où les commerces souffrent. L’emploi fout le camp parce que le capital trouve moins cher ailleurs. Même au sein de la majorité, dirigée avec fermeté par le socialiste Jacques Gobert, 58 ans, on ose poser la question existentielle. « Au Far West, quand il n’y avait plus d’activité, plus de pétrole à extraire, on fermait tout et on se déplaçait ailleurs. La Louvière, si on …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3379 membres et 1704 coopérateurs

Pensez à offrir nos contenus au tarif spécial fin d’année.
Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus