Carence et décadence

L’histoire d’une ville et d’une entreprise qui cherchent à se séparer, sans jamais y arriver…

Grandeur&Decadence.JPG
Laurent Poma. CC BY-NC-ND.

Lancer un projet public-privé peut s’apparenter à un chemin de croix en Wallonie. Mal définie au départ, portant des espoirs contradictoires, le quartier La Strada est emblématique de ces difficultés. Le projet a déclenché des tensions interminables entre Ville et promoteur. Moment extrême, l’épisode du « PV de carence » (septembre 2016) est raconté par Médor (le tout agrémenté de quelques documents internes) et témoigne de la dégradation, irréversible ?, des relations entre "partenaires". Où chacun s’accuse de vouloir quitter une barque qui prend l’eau…

Marre que Wilhelm&Co ne respecte pas les délais ! Marre qu’il se dérobe à ses obligations contractuelles ! Marre qu’il ne suivent pas nos ordres écrits ! Ceux de la Ville.

Nous sommes le deux septembre 2016. L’équipe de Jacques Gobert et ses avocats ont profité des vacances pour retrouver du tonus. Surtout, le mois d’août a été pourri par un avis de marché public portant sur la reconversion du Centre d’Art et de Design. Wilhelm&Co a introduit deux recours au Conseil d’Etat car l’entreprise a fait offre, et la Ville ne compte pas en tenir compte. L’été meurtrier se termine par une ultime missive : la Ville envoie un PV de carence à Wilhelm&Co. Une rupture définitive. Une déclaration de guerre.

Ce qui transpire en filigranes : la Ville veut du logement. L’entrepreneur, du commerce. Et la méfiance est telle que pas un n’avance un pion face à l’autre.

« Je pense que dès le début, la méthodo’était mal pensée. Wilhelm&Co est là pour faire du business, il ne fallait pas l’accueillir comme le sauveur. » Jonathan Christiaens sait de quoi il parle. Il est alors échevin MR depuis un peu plus de deux ans à la ville de La Louvière. Ses compétences : le développement économique, il est également président de l’asbl Gestion centre ville.

« La Ville a commencé à resserrer les boulons, mais c’était trop tard. Il fallait travailler en entonnoir inversé. Serrer au début, lâcher ensuite. Les discussions s’enlisaient. A chaque fois, les PV étaient …

Merci pour votre curiosité

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c'est un cadeau. Nous voulons que Médor touche le plus large public possible. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3226 membres et 1309 coopérateurs

Médor est un média indépendant. Notre site ne contient pas de pub. Toutefois, il utilise quelques cookies pour faciliter son utilisation. Lisez notre politique de cookies pour en savoir plus.
En savoir plus