8min

Entre droit et gauche

uyttendaele-pipes-bleues-bleu-p1-2.png

Constitutionnaliste, avocat, homme de médias, écrivain, mari de Laurette Onkelinx… Marc Uyttendaele revêt plusieurs costumes. Et cultive la controverse.

Col roulé bleu, veste de costume en velours marron et barbe de trois jours. C’est dans ce look faussement négligé, la mine barrée de son éternel sourire, que l’homme fait son entrée dans l’auditoire UA2 118. Ce matin, Marc Uyttendaele endosse le rôle de professeur de droit public à l’Université libre de Bruxelles. Intitulé du cours : « Le régime représentatif ». Pour un mardi à 8 h du matin, l’auditoire est quasi comble. Une centaine d’étudiants se serrent sur les vieux strapontins en bois.

Il pose sa pipe sur le pupitre au bas de l’amphithéâtre. L’objet est indissociable du personnage. Mais quel personnage ? Le professeur d’université ? Le constitutionnaliste renommé ? Le bon client des médias ? L’avocat pénaliste, défenseur des cas désespérés ? L’éternel adversaire de Francis Delpérée ? Le pourfendeur de la monarchie ? Le conseil de Delphine Boël ? L’écrivain ? L’essayiste ? Le scénariste de série policière ? L’avocat du PS ? Le franc-maçon ? L’époux de Laurette Onkelinx ?

Admiré par les uns, décrié par les autres, Marc Uyttendaele attise les controverses avec un plaisir non dissimulé. Homme de gauche, comportement de droite. Défenseur de la veuve et de l’oppresseur. Il ne se refuse aucune contradiction. « Oui, j’avoue, j’aime la provoc », concède-t-il entre deux gorgées de café, à une table du cimetière d’Ixelles, quartier proche de l’ULB. Son côté clivant, son goût pour le conflit d’idées, il le doit probablement à sa famille. Une mère d’origine juive, un père issu …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2725 membres et 1691 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus