11min

La retraite de Bulgarie

bulgarie-retraite-flandre

Ils sont une quinzaine de Flamands à avoir investi un coin perdu de Bulgarie avec un œil sur leur retraite. Tout ça à cause d’un couple de bons Samaritains, de l’impact de la télévision et du grand marché européen.

Il y a déjà cinq heures que le train a quitté la capitale. Après avoir traversé d’étroites vallées de montagne, il s’enfonce maintenant dans la nuit. Les passagers ont éteint la lumière et des verres d’alcool s’échangent dans l’obscurité du compartiment. Entre deux tournées, on commence à guetter par la fenêtre grande ouverte, dans le vent et le fracas métallique du convoi, l’arrivée en gare, pas davantage éclairée, de Popovo. Heureusement, les trains bulgares sont lents, mais ponctuels, et Jo Van der Steen et Ronnie Marynissen sont bien là au rendez-vous.

Il y a déjà onze ans qu’ils ont délaissé Puurs, berceau de la Duvel et fief de Kris Peeters, pour vivre la plus grande partie de l’année à Lomtsi, au nord-est de la Bulgarie. Une bonne quinzaine d’autres Flamands, loups solitaires ou en famille, les ont suivis dans cette aventure, acquérant en tout une trentaine de maisons. Ce qui les a attirés ? Les vastes étendues sauvages, la gentillesse des habitants et surtout l’incroyable faiblesse du coût de la vie. La retraite se dessine pour la plupart d’entre eux et, quand on a une pension modeste, les prix bulgares changent la perspective du tout au tout. Une grande maison au milieu d’une campagne comme il n’en existe plus en Flandre revient à quelques dizaines de milliers d’euros à peine ; les courses ou le restaurant coûtent le tiers ou la moitié du tarif belge : le compte est vite fait. Quel­ques-uns de ces primo-arrivants viennent de Flandre occidentale ; …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2725 membres et 1691 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus