2min

On n’en a pas fini

Encore une victoire de putes

Médor n°32

En septembre 2023, Médor vous a raconté en parallèle le combat judiciaire de Clémence face à un client et la décriminalisation de la prostitution, ouvrant la voie à une normalisation du métier. Le parlement fédéral a fini le travail en mai 2024 via une loi organisant la possibilité de mener le métier avec un contrat de travail. Les employeurs des travailleurs et travailleuses du sexe doivent obtenir un agrément préalable par les ministres de la Justice et du Travail. À aucun moment, elles ne peuvent être contraintes d’accomplir un quelconque acte de prostitution. Vu la particularité du travail et les risques d’abus, il est prévu que les contrats soient constatés par écrit afin de faciliter les contrôles des services d’inspection. Pas d’étudiant, de flexi-job ou de travail occasionnel dans le sexe professionnel. La souplesse a ses limites.

medor 2 (1)
Klou Bagarre. CC BY-NC-ND

Mea culpa

Médor n°34

Dans la BD « Vieillir ensemble », les autrices se sont largement inspirées du travail de fin d’études de l’architecte Apolline Vranken, « Des béguinages à l’architecture féministe ». Nous avons oublié de la citer. Désolés. Et merci à elle.

Chocolat sans arbre

Médor n°30

Les dernières récoltes de cacao ont été catastrophiques, notamment en Côte d’Ivoire et au Ghana. Cette pénurie relative a généré la flambée des prix de la tonne de cacao, triplant de décembre 2023 à avril 2024 pour atteindre près de 11 000 dollars la tonne (selon l’indice journalier de l’Organisation internationale du cacao). Ce prix est redescendu à la mi-mai à 8 500 dollars. Mais à qui cela profite-t-il ? Pas ou peu au producteur. Dans son article « Le cacao, en dépit des forêts », Médor avait suivi la chaîne d’approvisionnement d’un géant du secteur, Barry Callebaut, au Ghana. Au menu : déforestation massive et business de misère.

CACAO_HD-2
Cédric Vallet. CC BY-NC-ND

La hype hydrogène

Médor n°33

Médor expliquait en décembre 2023 la volonté du Groupe John Cockerill de se positionner sur le marché de l’hydrogène, nouvelle hype énergétique mondiale. Problème, cette énergie est produite à 99 % avec… des combustibles fossiles. Cockerill entend devenir leader de l’hydrogène « vert » obtenu à partir d’eau (H2O), via un processus d’électrolyse. Mais l’investissement dans la création d’une giga-entreprise d’électrolyseurs à Seraing était reporté, annoncions-nous. En mai 2024, L’Écho évoquait le soutien du gouvernement wallon aux secteurs des batteries et de l’hydrogène. Sur les six dossiers rentrés, …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : abonnez-vous à Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3537 abonnés et 1883 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus