7min

Une piscine à la maison

Quatre raisons de se jeter à l’eau

Medor33-14

Chez nous, pour arrêter de souffrir à chaque canicule, il y a un truc fastoche à faire : se construire une piscine ! En 2021, le secteur a même fait un bond en avant. N’hésitez plus, plongez…

Les piscinistes ne s’en cachent pas : le réchauffement climatique et la pandémie, en interdisant les voyages à l’étranger, ont été une véritable opportunité pour booster la vente de piscines privées. Au plus fort de l’explosion, en 2021, on en a construit plus de 6 000 en Belgique, d’après la fédération des piscinistes. Alors, faites comme de nombreux Belges, laissez-vous tenter… On vous explique « pourquoi les propriétaires de piscines ne devraient pas (autant) culpabiliser ».

Un rêve qui se démocratise

« Posséder une piscine, qui n’en a jamais rêvé ? Elle devient un incontournable de la construction. Pourquoi va-t-on y succomber aussi ? » Disposer d’une piscine chez soi s’est largement popularisé. Les raisons de cet engouement ? « La crise sanitaire et les restrictions de voyage à l’étranger, les étés plus longs et chauds », répètent à l’envi les piscinistes. Pour eux, l’image du riche propriétaire détenteur d’une piscine à domicile est révolue. « Aujourd’hui, il y a moins cet aspect moral et inquisiteur dans l’imaginaire collectif », affirme Patrice Dresse, directeur général de la Fédération belge des professionnels de la piscine et du bien-être (FBP).

Pour continuer à grandir, le marché a dû élargir son panel de clients potentiels. « Notre nouvelle cible, ce sont les classes moyennes. On est tout public désormais », avançait même Jean-Louis Desjoyaux, PDG du leader mondial du secteur, sur France Info en 2022.

bouée
Laura Conant. CC BY-NC-ND

Si la situation est incomparable avec la France, championne européenne des piscines, la Belgique se défend bien. L’industrie y a connu une explosion inédite au …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : abonnez-vous à Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3588 abonnés et 1918 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus