2min

On n’en a pas fini

La suite de nos articles…

openpharma_valisecash.jpeg
Margaux Dinam. CC BY-NC-ND

Pharmaco-transparence

Médor en ligne

Si la transparence promise par le secteur pharmaceutique était une vitre, on dirait qu’elle est opaque, teintée, voire carrément sale. C’est, en gros, la conclusion de notre vaste enquête « Open Pharma », menée avec trois médias partenaires et publiée en mai sur le site medor.coop. Nous mettions en lumière les lacunes criantes du registre BeTransparent, censé rendre publics les liens entre l’industrie pharmaceutique et les professionnels des soins de santé. Cette enquête a donné lieu à un débat à la Chambre. Plusieurs parlementaires se sont offusqués de l’absence de réactions du gouvernement. Pharma.be, l’Association générale de l’industrie du médicament, a promis quelques améliorations. Le ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke, a quant à lui déclaré : « Il ne fait aucun doute que le processus lancé il y a cinq ans peut encore être amélioré et que la transparence peut être renforcée. » Aucun doute, en effet. À l’automne, gouvernement et entreprises pharmaceutiques présenteront un nouveau plan pour développer le secteur. L’occasion d’établir enfin une vraie transparence ? O.B.

bouygues-carriere-p1.png
Speculoos. CC BY-NC-ND

Carrière et gouffre

Médor n°13 – hiver 2018-2019

Dans le Médor 13, nous relations le rachat de la carrière de Haut-le-Wastia, près d’Yvoir, par Colas Belgium à Patrick Jacquet. La transaction s’est mal passée. Jacquet a porté plainte pour faux en écriture, usage de faux, corruption, escroquerie et association de malfaiteurs. L’affaire est toujours à l’instruction. Nous apprenons que, le 4 mai dernier, le tribunal correctionnel de Fort-de-France, en Martinique, a condamné six …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2518 membres et 1730 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus