2min

On en a pas fini

Socfin-huile-de-palme
Association ReAct. Tous droits réservés.

Socfin palpe en Suisse

Médor n°14 - Printemps 2019

Un rapport publié par une coalition d’ONG détaille comment la multinationale franco-belge Socfin, reine du caoutchouc et de l’huile de palme, transfère vers la Suisse les bénéfices de ses activités controversées en Afrique (Liberia, Sierra Leone) et en Asie (Cambodge). Sur le total de 605 millions d’euros de revenus comptabilisés par Socfin, en 2020, la firme a déclaré plus de 100 millions d’euros en Europe, alors qu’elle n’y exploite pas de plantations. La filiale suisse de Socfin facturerait des (faux ?) frais à ses filiales africaines, prétextant l’organisation de ventes à l’étranger. Les bénéfices par employé avoisineraient 1 600 euros dans les pays africains, contre 219 000 en Suisse. Au niveau mondial, environ 80 milliards d’euros de bénéfices sont transférés chaque année des pays en développement vers des pays à faible fiscalité comme la Suisse, selon ce rapport : « [Ils] sapent les efforts déployés pour instaurer la justice dans le monde et réduisent la marge de manœuvre budgétaire des États pour s’acquitter de leurs obligations en matière de droits humains. » En mars 2019, Médor publiait une enquête inédite sur le discret Hubert Fabri, exilé en Suisse et auteur d’une citation mémorable devant le tribunal correctionnel de Bruxelles : « Madame la juge, Socfin, c’est avant tout une formidable aventure humaine. »

duferco-radioactive
La Petite Frappe. CC BY-SA

Duferco bientôt K-O ?

Exclu web d’avril 2018
et Médor n°9 - hiver 2017-2018

Les dirigeants italiens de la société suisse Duferco, cherchant à importer des matières premières au Congo et ayant utilisé …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2887 membres et 1739 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus