14min

Solal, Marie, Sarah et Sébastien

SAMU - S Roy00004.jpg
Gaël Turine. Tous droits réservés.

Comment rendre compte de cette époque incertaine, où nos repères sont pulvérisés ? En observant longuement les extrêmes. Pendant un mois, deux journalistes, un photographe et le directeur du Samusocial ont croisé quatre récits. Quatre vies percutées par la pandémie. Sarah vit dehors, Sébastien est à fond dedans. Marie meurt, Solal naît. Dedans et dehors. Vie et mort. Deux femmes et deux hommes au temps du coronavirus.

LUNDI 23 DÉCEMBRE 2019 – À la rue

Sarah Mon prénom est Sarah. J’ai 40 ans. Je viens d’atterrir dans la rue. Ça, je ne l’avais pas vu venir. Je suis Belgo-Tunisienne, Carolo et mère de cinq enfants. Avec un compagnon qui aime cogner. Mon petit revenu de la mutuelle, mon loyer et, bam, dès le début du mois, il ne me restait plus rien. J’ai voulu partir en Tunisie, ça ne s’est pas passé comme prévu. En rentrant en Belgique, j’ai réalisé combien le peu que j’avais ici était précieux. Aujourd’hui, je n’ai plus rien. Je le regrette tellement.

JANVIER 2019 – Une rencontre

Sarah J’ai rencontré Laetitia au centre Poincaré du Samusocial, où je dors en ce moment. Elle m’a expliqué que son ex-petit ami l’avait jetée de chez lui au plein milieu de la nuit. Elle a l’air sympa, Laetitia.

SDF - Louis VG00002.jpg

Sarah vit dans cette auberge de jeunesse de Molenbeek, depuis avril.

Gaël Turine. Tous droits réservés

MERCREDI 19 FÉVRIER 2020 – L’anniversaire

Marie Mon prénom est Marie. J’ai 106 ans. Aujourd’hui, c’est mon anniversaire. Soignants et résidents sont réunis dans la salle d’ergothérapie, dans la résidence de Seilles, près d’Andenne. Quarante personnes heureuses de partager un verre de mousseux en mon honneur. Il y a Cathy, Amanda, Jacqueline, Richard. J’ai choisi cette blouse en velours rose pâle qui couvre mes épaules. Une dernière coquetterie. Je suis fatiguée. Je suis applaudie et fleurie, mais je ne profite guère de la fête. J’en ai assez de cette vie qui …

Merci pour votre curiosité

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c'est un cadeau. Nous voulons que Médor touche le plus large public possible. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3158 membres et 1346 coopérateurs

Médor est un média indépendant. Notre site ne contient pas de pub. Toutefois, il utilise quelques cookies pour faciliter son utilisation. Lisez notre politique de cookies pour en savoir plus.
En savoir plus